Chez Aki, la crêpe fait recette

Dans ce restaurant populaire et achalandé, on sert entre autres une savoureuse spécialité du Kansai.

restaurant-aki
© Gabriel Bernard

Parmi les très nombreux restaurants de la fameuse rue Sainte-Anne, au cœur de ce que certains appellent le quartier japonais, Aki possède une solide réputation, notamment chez les amateurs français de cuisine japonaise. Ces derniers représentent d’ailleurs 80 % de la clientèle alors que dans d’autres lieux de la même rue, la proportion de clients français est moins élevée. Quand on demande pourquoi à Ono Yôsuke, son directeur, celui-ci répond laconiquement : “Okonomiyaki”. En effet, Aki propose cette spécialité rare que l’on traduit souvent par l’expression crêpe japonaise. Spécialité du Kansai,  la région d’Osaka, cette préparation savoureuse s’accommode de différentes façons, chacun pouvant choisir de compléter la préparation de base avec du porc, des crevettes ou encore du calamar. M. Ono qui est un homme précis explique que les okonomiyaki représentent environ 40 % des plats commandés dans son restaurant. “Ce sont principalement les Français qui les consomment, les Japonais préfèrent plutôt manger des soba”, ajoute-t-il. Ouvert en 2006, Aki appartient à M. Lee qui possède également les restaurants Sapporo et Kadoya ainsi que la boulangerie Aki sur laquelle nous reviendrons dans un prochain numéro. Outre sa spécialité de crêpe japonaise, son succès s’explique aussi par l’ambiance sympathique qui y règne. Malgré l’activité intense entre 12h et 14h30, le personnel efficace est particulièrement accueillant et chaleureux. Si l’on ajoute une politique tarifaire attractive, le restaurant dispose de deux atouts supplémentaires qui contribuent à le rendre populaire auprès d’un public plutôt jeune. Le midi, le premier menu composé de soba et d’un demi katsudon (porc pané sur un lit de riz) ne coûte que 11 euros. Qui plus est la qualité est au rendez-vous. Le menu okonomiyaki est quant à lui à 13,50 euros (une soupe miso, un okonomiyaki et une salade japonaise). Lorsqu’on est installé dans la salle au sous-sol, on peut apercevoir le chef qui prépare les okonomiyaki sur une grande plaque chauffante. C’est un peu frustrant, car au Japon, la plupart du temps, c’est le client qui le prépare lui-même. Un jour peut-être Aki s’équipera pour permettre ce type de service. En attendant, M. Ono jette un regard satisfait dans la salle du rez-de-chaussée. Il est près de 16 heures, trois nouveaux clients viennent d’entrer. Pratiquement toutes les tables sont désormais occupées. “Très bien”, dit-il. C’est l’heure du goûter, mais plutôt qu’une crêpe bretonne, on préfère déguster une bonne crêpe japonaise.
Gabriel Bernard

Pratique :
11 bis rue Sainte-Anne 75001 Paris
Tél. 01 42 97 54 27 – Ouvert sans interruption tous les jours sauf dimanche de 11h30 à 22h30.