Bayeux se met à l’heure de Tôkyô

La rencontre inédite entre deux chefs-d’œuvre du Moyen-Âge est source de bien des surprises et de bonheur.

emakimono-et-tapisserie-de-bayeux-dessins-animes-de-moyen-age-japon
© Musée de la Tapisserie de Bayeux – Idemitsu Museum of Arts/Photo Shirono Seiji

Comme le rappelait justement Brigitte Koyama-Richard dans le premier chapitre de son excellent ouvrage Mille ans de manga, [éd. Flammarion, 2007], “contrairement aux fresques murales dont les dimensions sont limitées, les rouleaux enluminés emakimono offrent la possibilité de raconter de très longues histoires, mêlant souvent scènes peintes et textes calligraphiés”.  En introduction du magnifique catalogue publié dans le cadre de l’exposition Emakimono & Tapisserie de Bayeux : Dessins animés du Moyen-Âge, le cinéaste Takahata Isao confirme ces propos et rappelle qu’il avait lui-même publié un ouvrage sur le sujet dans lequel il avait présenté des extraits de la Tapisserie de Bayeux comme “un exemple singulier de procédés d’expression du temps et de l’espace, similaires à ceux en jeu dans les rouleaux illustrés”. Pour prendre la mesure de ces similarités, il suffit donc de se déplacer au Musée de la Tapisserie de Bayeux à deux heures de Paris. Vous pourrez y découvrir non seulement la célèbre Tapisserie de la reine Mathilde, mais aussi le Rouleau du grand conseiller Ban, l’un des rouleaux enluminés les plus remarquables du Japon. Cette rencontre entre deux trésors, qui rapportent deux faits historiques bien distincts, ne manque pas de surprendre en raison des nombreuses similitudes qui sautent aux yeux du visiteur. Celui-ci assiste ainsi à un dialogue entre deux cultures mis en scène de façon astucieuse et intelligente par les promoteurs de cet événement unique. Dans la chapelle située au sein de la cour d’honneur du Musée de la Tapisserie, on retrouve une vingtaine de détails du  Rouleau du grand conseiller Ban et de la Tapisserie de la reine Mathilde, permettant ainsi de voir de quelle façon les auteurs de ces deux chefs-d’œuvre ont évoqué des situations et des paysages semblables. Mais l’intérêt de cette exposition ne réside pas seulement dans la présentation comparée des deux réalisations du Moyen-Âge, il se situe aussi dans la démarche pédagogique qui l’entoure. Il s’agit de faire découvrir au visiteur peu familier avec la culture extrême-orientale un nouvel univers et une approche artistique différente de celle en vigueur en Occident. Il se familiarise avec l’art des rouleaux dans les salles du premier étage et la lecture cinématographique qui peut en être faite avant de pouvoir découvrir dans un face-à-face majestueux les reproductions intégrales de la Tapisserie de Bayeux et du Rouleau du grand conseiller Ban. Et pour prolonger cette rencontre, n’hésitez pas à vous procurer le catalogue richement illustré. Il vaut très largement les 29€ qui vous en seront demandés.
Gabriel Bernard

Pratique :
Emakimono & Tapisserie de bayeux : dessins animés du moyen-âge. Musée de la Tapisserie de Bayeux, 13 bis rue de Nesmond 14400 Bayeux. Jusqu’au 31 décembre. 7,80€ (5,20€ tarif réduit). www.tapisserie-bayeux.fr