Lengué, rien que du bonheur

Dans le Quartier Latin, l’izakaya fondé par Kondo Katsutoshi est devenu en quelques mois un lieu nippon incontournable.

 

restaurant-lengue
©DR

Pour Kondo Katsutoshi, le patron de Lengué, il y a un mot qui compte par-dessus tous les autres, il s’agit du terme bonheur. C’est ce que l’on ressent lorsque l’on pénètre dans son izakaya ouvert en mai 2011 dans le quartier latin à Paris. Donner du plaisir et apporter un peu de bonheur à ses clients, c’est d’ailleurs ce qui l’a motivé à se lancer dans cette aventure. Au Japon, l’izakaya se situe entre le café et le restaurant. Il ressemble aux bars à vins tels qu’ils se sont développés ces dernières années dans la capitale française, c’est-à-dire des endroits chaleureux où, entre amis, on vient prendre un verre de bon vin accompagné d’un petit plat à grignoter. Dans bon nombre de ces endroits, si la boisson est souvent à la hauteur des attentes, ce n’est pas toujours le cas de la nourriture composée bien souvent de charcuterie. Kondo Katsutoshi qui a une expérience de sommelier voulait que les éléments de base de l’izakaya – les mets et le breuvage - soient au même niveau, c’est-à-dire le plus élevé. Autant le dire tout de suite, il a réussi son pari. Originaire de la préfecture d’Aichi, il a fait ses études plus à l’ouest, à Kôbe où il a vécu le séisme qui a détruit une partie de la ville en janvier 1995. Après cette date qui l’a beaucoup marqué, Kondo Katsutoshi est venu faire ses classes en France pour apprendre à apprécier et choisir le vin avant de travailler dans plusieurs grandes maisons, notamment le restaurant japonais Aida étoilé par le guide Michelin. Même si le plaisir de travailler dans des établissements de cette qualité était là, il n’était pas entièrement satisfait, car il cherchait avant tout cette proximité que l’on trouve dans ces gargottes japonaises où boire et manger simplement procurent un bonheur sans nom. Lengué est né de ce désir profond. La clientèle qui le fréquente ne s’y trompe d’ailleurs pas. En l’espace de quelques mois, l’izakaya parisien s’est bâti une solide réputation. 70 % de ses clients sont des Français qui ont découvert cet état d’esprit si particulier et sont tombés amoureux de la cuisine du chef. Lorsqu’ils se présentent le soir, ils peuvent ainsi déguster de savoureux petits plats, véritables amuse-bouches qui mettent le palais dans les meilleures dispositions possibles pour apprécier la formidable carte des vins et de saké que le patron de Lengué a établi avec passion. Camembert frit, huître en marmite, roulé d’anguille ou encore croquettes de potiron, voici quelques exemples des petits plats mitonnés par M. Kondo derrière son comptoir. Et lorsqu’on pénètre dans ce charmant lieu qui ressemble peu à un vrai izakaya, on retrouve néanmoins l’atmosphère sympathique et chaleureuse qui procure ces instants de bonheur si rares de nos jours. Le tout pour un prix somme toute raisonnable.
Gabriel Bernard

Pratique pour s’y rendre :
31, rue de la Parcheminerie
75005 Paris. Tél. 01 46 33 75 10
12h-14h et 19h-23h. Fermé le dimanche midi et lundi.