Une simple question d’équilibre

Originaire de Hiroshima, Maeda Keisuke défend l’idée d’une architecture en harmonie avec le paysage.

 

Fukuyama, December 23 2013 - +node by UID (Keisuke Maeda)
Le projet +node de Maeda Keisuke illustre parfaitement sa recherche d’équilibre avec l’environnement. ©Jérémie Souteyrat pour Zoom Japon

UID (acronyme pour Universal Innovative Design) a été fondé par l’architecte Maeda Keisuke il y a 12 ans. Son premier projet – une maison particulière – a reçu le prix Good Design Award décerné par le gouvernement. Depuis, il n’a pas cessé d’être loué pour son approche architecturale qui, bien qu’elle soit contemporaine, plonge ses racines dans l’architecture ancienne et s’intègre dans le paysage. “En Occident, on a comme principe de protéger l’espace avec des murs et des planchers alors que l’architecture japonaise se connecte à la nature”, assure Maeda Keisuke. Comme beaucoup d’autres architectes japonais contemporains, il imagine des formes géométriques qui s’intègrent parfaitement dans l’environnement créant ainsi des espaces poétiques où les gens peuvent interagir avec le paysage environnant.
Pour chacun de ses projets, Maeda Keisuke entreprend une étude topologique minutieuse. Il s’intéresse aussi à la flore et à la faune afin de créer une relation naturelle entre le bâtiment et son environnement. Cette relation est définie par le fait que les deux éléments coexistent. “Au lieu de connecter les deux éléments en ouvrant simplement une fenêtre, je cherche à créer une structure qui sera un élément du paysage au sein de l’environnement pris dans son ensemble”, explique-t-il. En ce sens, l’intérieur n’est pas un espace coupé de l’extérieur par des murs, c’est une extension de l’extérieur, un espace de vie relié indissolublement à la terre.
Quand l’architecte s’attelle à un nouveau projet, il se fie toujours à son intuition. “L’architecture consiste à créer un environnement dans un certain endroit. Ce n’est pas quelque chose que vous pouvez faire seulement en dessinant des plans. Le plan sert de guide, mais je reste toujours en alerte face au caractère unique de l’endroit et je tiens compte de mes décisions intuitives quand je travaille, car ce sont elles qui me conduisent en définitive à créer un environnement confortable. Quand je parle de “décisions intuitives”, il s’agit des ajustements conçus sur le site pour déterminer les formes et les dimensions comme j’ai pu le faire pour une école maternelle. Sur place, j’ai imaginé plusieurs scènes qui s’y dérouleraient avec les enfants, les enseignants et les femmes enceintes qui y viendraient. J’ai pensé aux personnes qui auraient des poussettes à manipuler ou qui porteraient des enfants, aux parents marchant avec leur enfant qui leur tiendrait la main, aux nounous venant déposer et chercher des enfants”, confie-t-il.
“Je ne cherche pas forcément à maximiser le confort et la fonctionnalité du lieu. Je veux plutôt créer un environnement qui apporte aux gens un sentiment de bien-être et de confort à chaque moment de leur vie”, ajoute Maeda Keisuke.
La collaboration étroite entre le studio et l’entrepreneur est une partie importante de ce processus, car il permet à l’architecte et son équipe d’atteindre un niveau élevé de précision et d’expression qui à son tour est la clé pour créer un sentiment de continuité entre les espaces intérieurs et extérieurs. Un exemple remarquable de cette approche est son +node, une maison de famille dont le niveau supérieur se termine par une extension qui plane 10 mètres au-dessus du sol et qui est percée à son extrémité pour permettre à un arbre de grandir à travers la structure.
Beaucoup des maisons créées par Maeda Keisuke sont le produit du chevauchement et de l’intégration de deux niveaux, celui en béton formant la base de la maison et celui en bois au-dessus représenté par le sol et les murs extérieurs, agissant comme un pont avec l’environnement naturel. En fin de compte la principale préoccupation de l’architecte est d’organiser au mieux l’espace afin d’atteindre l’équilibre optimal entre les fonctions, les environnements et les relations humaines
Jean Derome