Un nouveau départ pour Onagawa

Particulièrement touchée par le tsunami, la petite cité portuaire retrouve des couleurs et reprend espoir.

Le quartier commerçant s’étend, en ligne droite, de la gare jusqu’à la mer. -Ishinomaki Hibi Shimbun-
Le quartier commerçant s’étend, en ligne droite, de la gare jusqu’à la mer. -Ishinomaki Hibi Shimbun-

A Onagawa, presque entièrement dévastée lors du séisme de mars 2011, les projets de reconstruction ont été menés conjointement avec l’ensemble des habitants, des entreprises et de la municipalité avec pour devise “Reconstruisons notre ville pour les mille ans à venir”.
En mars 2015, à l’occasion de la réouverture complète de la ligne Ishinomaki, la première phase a été marquée par l’inauguration de la gare d’Onagawa qui abrite également une station thermale. Le 23 décembre, une nouvelle étape a été franchie avec l’ouverture du centre commercial Seapalpier Onagawa dont le nom a été forgé à partir des termes anglais sea (la mer), pal (les copains) et pier (la jetée). Il se situe dans le quartier commerçant à proximité de la gare. De l’autre côté, on remarque l’apparition de commerces indépendants. La rapidité de cette reconstruction, fruit de la collaboration entre la municipalité et le secteur privé, a attiré l’attention d’autres villes, au point de faire de ce quartier un exemple en la matière.
C’est au matin du 21 mars 2015 qu’un a de nouveau fait son entrée en gare d’Onagawa après la remise en service du tronçon de 2,3 km entre Urashuku et Onagawa. La ligne avait été détruite en grande partie et abandonnée depuis le séisme. Voilà pourquoi le quartier a organisé plusieurs manifestations pour célébrer cet événement, parmi lesquels l’inauguration de l’établissement thermal Yupoppo installé à l’intérieur même du bâtiment de la gare.
Cette dernière se trouve un peu plus loin de la mer que la précédente. Fruit de l’imagination de l’architecte Ban Shigeru, elle a été construite en bois et en béton sur deux étages avec un toit bien particulier en forme de goéland. Au rez-de-chaussée se trouvent les voies ferrées ; au premier étage la station thermale et au second, une terrasse offre un panorama magnifique sur la baie d’Onagawa.
Autour de la nouvelle gare, symbole du renouveau, on a assisté à une reprise des activités dans les quartiers commerçants voisins. L’été dernier, l’ouverture d’un magasin d’électroménager a amené, à la grande satisfaction de la clientèle, l’ouverture d’autres commerces. En partant de la gare, on a créé une rue piétonne baptisée Promenade. C’est là qu’a été bâti le centre commercial Seapalpier Onagawa. Il est composé de six bâtiments d’un seul étage sur une surface totale de 2 300m2. Il regroupe 27 commerces différents. Parmi eux, on retrouve des commerçants qui exerçaient leur métier dans le quartier avant le séisme, mais aussi ceux qui ont ouvert un commerce après le séisme et qui sont venus d’autres préfectures pour soutenir la reconstruction de la ville. Le 23 décembre, on a aussi inauguré le Centre d’échanges de la ville d’Onagawa, lequel abrite un studio de où a eu lieu la cérémonie d’inauguration de ce nouveau quartier commerçant.

Derrière ce nouveau lieu de promenade et de shopping, la gare dessinée par Ban Shigeru. -Ishinomaki Hibi Shimbun-
Derrière ce nouveau lieu de promenade et de , la gare dessinée par Ban Shigeru. -Ishinomaki Hibi Shimbun-

Lors de cette cérémonie, le maire Suda Yoshiaki a rappelé que “les commerçants ont eu le courage d’affronter la dureté de l’existence et de surmonter la tristesse et le désespoir. Avec l’ouverture du centre commercial et du Centre d’échanges, c’est la ville tout entière qui commence à reprendre des couleurs. ‘En avant, Onagawa !’, voilà le slogan qui nous pousse à faire avancer nos projets.” Peu après, deux écoliers ont officiellement marqué l’ouverture des activités commerciales. “Malgré le tsunami, tout le monde continue à vivre. Pour que notre ville continue à rester en forme encore longtemps, nous sommes ici pour affirmer notre volonté. Pour un avenir meilleur, faisons sonner les cloches de l’espoir !”, ont-ils déclaré. A trois reprises, le carillon a alors retenti et pour finir, les représentants ont coupé le ruban de l’inauguration.
Dans les magasins, on pouvait observer les commerçants en train de discuter joyeusement avec les habitants. Aihara Yoshikatsu, marchand de légumes, exerçait avant le séisme dans le quartier commerçant de Nakadori près de la gare. Il a rouvert son magasin près du centre commercial et de la gare. Il souhaite aujourd’hui que “le nouveau quartier soit apprécié aussi bien par les habitants que par les touristes”. On y trouve non seulement d’anciens commerçants, mais aussi des personnes plus jeunes venues tenter leur chance en ouvrant un café ou un bar. Avant le séisme, c’était des personnes plutôt âgées qui s’occupaient des projets d’animation du quartier, mais, selon Aihara Yoshikatsu, “c’est la première fois que des jeunes viennent proposer de nouveaux projets. Et nous sommes très satisfaits de voir que toutes les générations participent à la reconstruction. C’est bien la preuve que les liens entre les gens permettent de donner un nouveau souffle à notre ville.”
Avec cette inauguration, nombreux sont ceux qui veulent toucher la clientèle touristique. C’est le cas de la fleuriste Suzuki Chiaki qui tient la Flower Shop Hanatomo. Avant la catastrophe, elle vendait uniquement des fleurs, maintenant, elle propose une plus large gamme de produits et a également créé un atelier de bougies aromatiques pour attirer les touristes. “En reprenant mon activité ici, je ferai tout mon possible pour que la ville revive”, affirme-t-elle, en soulignant qu’il est important que les activités commerciales se développent dans d’autres endroits de la ville et qu’elles ne se concentrent pas dans un seul endroit de la ville.
La population d’Onagawa a diminué. Elle est passée de 10 000 à 6000. Malgré ce triste constat, les projets de reconstruction avancent pour reconfigurer la ville tout entière. Une vision d’avenir se dégage. Les jeunes gens commencent à vouloir “rester ici” et “continuer à vivre ici”. C’est maintenant que commence la véritable reconstruction.
Yokoi Yasuhiko