Le provisoire tire enfin à sa fin

La fermeture du centre commercial créé au lendemain de la catastrophe de 2011 marque un tournant pour la ville.

Implanté sur un ancien parking, le centre commercial provisoire a fermé ses portes fin octobre. ©Ishinomaki Hibi Shimbun
Implanté sur un ancien parking, le centre commercial provisoire a fermé ses portes fin octobre. ©Ishinomaki Hibi Shimbun

Fin octobre, le “Centre commercial à taille humaine de Tatemachi pour la reconstruction d’Ishinomaki ” a fermé ses portes. Il abritait les commerçants qui avaient perdu leur lors de la catastrophe du 11 mars 2011. Le bail alloué étant venu à terme au bout de quatre ans et neuf mois, il fallait baisser définitivement le rideau. Au cours de ces dernières années, les commerçants concernés ont tout fait pour soutenir le moral de la population en organisant notamment des animations musicales ou culinaires, dans cette ville fortement touchée par le tsunami. “Il ne s’agit pas d’une clôture définitive, mais plutôt de la fin d’une période. A présent, c’est une nouvelle étape qui va commencer dans de nouveaux lieux”, assure le président du lieu, Satô Hidehiro.

Ce centre commercial provisoire a été créé en décembre 2011, neuf mois après le séisme, à quelques centaines de mètres de la gare d’Ishinomaki et de la mairie. L’emplacement choisi était un parking privé, loué par le conseil administratif des centres provisoires de Tatemachi, lui-même constitué par la ville d’Ishinomaki, la Chambre de commerce d’Ishinomaki et les commerçants propriétaires. Un organisme gouvernemental a bâti le centre commercial en préfabriqué qui regroupait vingt-quatre commerçants représentants 21 secteurs d’activité. En février 2012, un salon de coiffure a déménagé avant que 14 autres commerçants reprennent leurs activités dans leur quartier d’origine ou dans un tout nouvel endroit. D’autres commerçants sont venus prendre leur place. Finalement, il est resté 16 commerçants parmi lesquels des boutiques de sport, de mode, une bijouterie, un commerce d’électroménager, etc. Si deux d’entre eux vont cesser définitivement leur activité, les autres vont continuer dans le centre ville.

Lors de la création du centre commercial, le bail a été limité à un an avant d’être renouvelé à deux reprises. “Au cours de ces cinq années, les commerçants, présents dès le début et ceux qui sont venus par la suite, se sont serrés les coudes. Mais la fin est triste. Il aurait été préférable de déménager tous ensemble dans un nouveau lieu. Il n’empêche que nous garderons le contact entre nous et avec tous ceux que nous avons côtoyés”, explique Satô Hidehiro.
Pour chaque commerçant, c’est un nouveau départ qui se dessine. La boulangerie artisanale PAO a ainsi inauguré, le 1er novembre, son nouveau local situé non loin de là. “A plus de 60 ans, j’avais pensé à prendre ma retraite. Mais tous mes clients n’ont pas cessé de me demander où se trouverait mon nouveau local. Cela m’a encouragée à poursuivre mon activité. Je ne peux que les remercier pour ces cinq dernières années. C’est une façon pour moi de leur dire merci”, raconte sa propriétaire Yachida Keiko.

La Chambre de commerce d’Ishinomaki est bien consciente des sentiments éprouvés par les commerçants. “La forme du centre commercial provisoire est pourtant celle d’un autre temps, composée de différents commerçants sous un même toit. Pendant toute cette période de cinq ans et demi, ils ont su tisser, entre eux, des liens très profonds. Avec les aides à la reconstruction venues de tout le Japon, les liens se sont élargis. Nous espérons que les commerçants sauront en profiter à l’avenir encore”, explique l’un de ses représentants.

Au cours du dernier week-end d’octobre, le centre commercial de Tatemachi a organisé plusieurs événements avec des groupes musicaux venus eux aussi apporter leur soutien. Le 29 octobre, le dernier jour, s’est tenu un concert de cloches à main. Le dernier morceau joué était intitulé Quand on prie la bonne étoile. Une manière de souhaiter “la prospérité à tous les commerçants encore présents dans ce lieu destiné à disparaître”. Le groupe était composé aussi d’enfants du quartier. En écoutant le doux tintement des cloches, un habitant du quartier nous a confié que “c’était un lieu symbolique pour les gens et la ville d’Ishinomaki. Et comme son nom l’indiquait, il nous a appris l’importance des valeurs humaines.”

Fin novembre, tous les commerçants ont quitté les lieux. Le “Centre commercial à taille humaine de Tatemachi” ne sera bientôt plus. Il sera démoli à partir du début de l’année prochaine.
Akitama Yûhiro & Ishimori Hiroshi