Shiga et le lac Biwa : échappée en eaux douces

Reportage spécial

Le Bouddha du Biwa

La grande cloche sacrée (à dr.) de l’Enryakuji sonne à chaque prière.

Aquatique, le tourisme autour du lac Biwa peut aussi se faire spirituel. Le sud-ouest du lac a en effet été choisi deux fois pour accueillir ce bouddhisme balbutiant venu de Chine. Par le temple Miidera tout d’abord, fondé par l’empereur Tenmu en 686, et immortalisé par une estampe du maître Hiroshige. Il faudra ensuite gravir le mont Hiei pour accéder à l’un des plus célèbres monastères du Japon, l’Enryakuji. C’est là qu’au début du 9e siècle, un jeune moine revenu de Chine décide de fonder un monastère isolé dans une nature sauvage. Saichô ne le sait pas encore, mais il vient alors de poser les fondements de l’un des principaux courants du bouddhisme japonais, le Tendaï.
De cet immense complexe, on peut visiter trois zones classées au patrimoine mondial de l’Unesco, et dont l’aura demeure intacte, dispersées dans la forêt et reliées entre elles par d’antiques chemins de pèlerinage.
Accès depuis Kyoto Station : train pour Miidera avec un changement à Zeze puis ligne Keihan (25 mn) / Enryakuji direct en bus (1h), train puis téléphérique depuis Hieizan-Sakamoto, train puis téléphérique depuis Yase-Hieizan-guchi.

A deux roues
Les 230 km de circonférence du lac et la piste cyclable qui longe sa rive offrent de belles perspectives aux vélos, que ce soit pour un tour complet (compter 2-3 jours) ou une petite portion. L’expérience permet d’alterner le pédalage avec vue sur le lac (mieux vaut alors faire le tour dans le sens antihoraire, pour l’avoir au plus proche sur la gauche) et les pauses dans les nombreux sites des environs. Nombreuses locations de vélos à Otsu ou Hikone.
http://biwaichi-cycling.com/en/