Expérience : Les bons contes de Shirotani

Créée en 2012 par Kondô Hiroko, cette cantine solidaire a fait de nombreux émules dans le pays.

Le Kaidan Live Bar dispose d’un décor destiné à mettre le public dans l’ambiance. / Gianni Simone pour Zoom Japon

Roppongi, à Tôkyô, est célèbre pour ses discothèques, mais il y a un endroit où l’on peut apprécier un autre type de spectacle, frisson garanti. Il s’agit du Kaidan Live Bar. Pour trouver l’endroit, rien de plus facile parce que de l’autre côté de la rue on peut voir l’enseigne jaune vif de ドン・キホーテ. Il s’agit de Don Quijote, une chaîne de magasins discount très populaire où l’on trouve de tout, y compris beaucoup de babioles très kitsch.
Le bar qui nous intéresse aujourd’hui est un must pour les fans de fantômes japonais et d’histoires d’horreur. Il est situé au cœur du bâtiment Roa, une structure ancienne qui dégage une atmosphère plutôt étrange. À l’intérieur, l’endroit est décoré de squelettes, de crânes, de chaînes et de toiles d’araignées accrochés à des murs faussement crasseux. Il y a deux canapés au milieu de la pièce, mais l’un d’entre eux est déjà à moitié occupé par deux poupées assez grandes. L’une d’elles porte un uniforme de lycéenne, l’autre une robe façon western. Leurs visages défigurés sont tout sauf mignons. Vous avez l’impression qu’elles vont se déplacer à tout moment.
Mais la véritable attraction de la Kaidan Live Bar Thriller Night est le conteur qui, toutes les heures, fait son apparition et vient effrayer les clients avec des histoires macabres. La performance de 15 minutes est comprise dans les 60 minutes du forfait à 3 500 yens qui vous permet de consommer à volonté. Les contes, bien sûr, sont narrés en japonais, mais même si on ne comprend pas la langue de Mishima, l’atmosphère effrayante (exacerbée par les cris de clients terrorisés) et les effets spéciaux permettent de surmonter la barrière linguistique !