Référence : Une forte présence artistique

Dans son dernier ouvrage, Brigitte Koyama-Richard offre un panorama très clair de la présence des yôkai dans l’art.

Des Chroniques des yôkai d’Inô par un artiste anonyme à Nue de Tenmyouya Hisashi, on se régale.

Nourrissant une passion depuis de nombreuses années “pour ces créatures si colorées et que je trouve si amusantes”, Brigitte Koyama-Richard a eu la bonne idée d’écrire Yôkai, fantastique art japonais qui paraît ces jours-ci chez Scala. Comme elle en a l’habitude, l’auteur a choisi d’aborder le sujet au travers des très nombreuses représentations artistiques où le surnaturel, l’étrange, le merveilleux, le mythique ne font qu’un. S’appuyant sur sa grande érudition et sa connaissance de l’histoire de l’art japonais, elle livre un ouvrage qui se savoure page après page. “Je voulais expliquer l’origine de ces créatures qui remonte à la mythologie, et évoquer comment elles sont ensuite apparues dans la littérature classique puis dans les rouleaux enluminés, les estampes japonaises jusqu’à nos jours”, explique Brigitte Koyama-Richard.
Pour autant, son livre n’est pas un ennuyeux catalogue de reproductions. Derrière chaque œuvre présentée, on sent le travail de recherche et à la lecture des textes qui les accompagnent, on sait qu’elles n’ont pas été choisies par hasard. “Ce qui m’a donné envie d’écrire ce livre, c’est que, comme pour les précédents, je me suis rendu compte que ce genre d’ouvrages n’existait ni au Japon ni ailleurs. Les catalogues d’exposition et les nombreux ouvrages, d’ailleurs très bien documentés sur le sujet, ne présentent toujours qu’une partie de la culture des yôkai dans une époque précise”, ajoute l’auteur bien inspirée par le sujet. “Si, depuis le XXe siècle, maintes publications ont été consacrées aux yôkai par d’éminents spécialistes japonais, aucun n’a analysé leur impact sur les créations les plus récentes. L’art contemporain foisonne pourtant d’œuvres empreintes de “l’esprit” ou de la forme de ces créatures imaginaires”, écrit-elle dans le court avant-propos de son livre. C’est aussi une des forces de Brigitte Koyama-Richard que de ne pas se lancer dans des explications pompeuses, mais d’aller à l’essentiel pour que le lecteur puisse appréhender l’ensemble du sujet qui, on le mesure page après page, est considérable.
“Je tenais à montrer l’engouement des artistes contemporains pour ce sujet. Les yôkai font en effet partie intégrante de l’art et de la culture du Japon et continuent d’exercer une fascination non seulement sur les jeunes, par le biais du manga et de l’animation, mais aussi chez les artistes contemporains parmi les plus talentueux”, confie notre professeur à l’université Musashi de Tôkyô où elle enseigne notamment l’histoire de l’art. On ne s’étonne donc pas de retrouver plusieurs pages consacrées au mangaka Mizuki Shigeru dont elle montre évidemment plusieurs de ses œuvres, mais dont elle dresse un court portrait qui permet justement de saisir pourquoi cet homme a consacré une grande partie de sa vie à se plonger dans l’univers des yôkai. C’est ce qu’on attend de ce genre d’ouvrage grâce auquel en fin de lecture, on a l’impression d’être un peu moins ignorant. Ceci est encore plus vrai quand Brigitte Koyama-Richard nous présente des artistes comme Yamamoto Ryûki dont l’une des œuvres les plus abouties Heaven and Earth (Le ciel et la terre, 2014) souligne aussi l’influence extérieure que le monde du fantastique nippon a évidemment subie. Si l’auteur de ce tableau s’est inspiré des œuvres de Jérôme Bosch, d’autres artistes, y compris les plus anciens, ont puisé une partie de leur inspiration en Chine, en Inde et en Occident pour créer un univers aux caractéristiques proprement japonaises. Grâce à son livre, Brigitte Koyama-Richard entraîne le lecteur dans le processus de création qui, au fil des siècles, a permis de donner naissance à des œuvres d’une rare beauté. “J’ai éprouvé un très grand plaisir à rédiger ce livre tout en regardant ces extraordinaires créatures. J’espère que les lecteurs s’amuseront autant que moi et qu’ils auront envie d’aller au Japon pour y découvrir les œuvres originales”, dit-elle. Qu’elle se rassure, elle a réussi son pari.
Odaira Namihei

références
Yôkai, fantastique art japonais, de Brigitte Koyama-Richard, Nouvelles éditions Scala, 35€.