Echanges : 10 000 km à vol d’oiseau

Il est de plus en plus facile de se rendre directement en Afrique depuis le Japon. Une aubaine pour l’avenir.

Les vols entre Tôkyô et Addis Abeba se font à bord de Boeing 787 de moins de 5 ans. /DR

Inconnue des Japonais il y a encore deux ans, Ethiopian Airlines est devenue la nouvelle voie aérienne pour se rendre en Afrique. Membre de la prestigieuse Star Alliance, la compagnie a redoré son blason à l’effigie du lion abyssinien, pour devenir le leader mondial des liaisons inter-africaines. Elle propose maintenant des vols très compétitifs au départ de Tôkyo jusqu’à Addis Abeba. Un voyage de 15 heures pour parcourir les quelque 10 400 kilomètres qui séparent ces deux mondes. Rencontre avec Ashenafi Yirga, représentant d’Ethiopian Airlines à Tôkyô.

Ethiopian Airlines existe depuis 1945. Qu’est-ce qui a permis son implantation au Japon en 2015 ?
Ashenafi Yirga : Nous sommes devenus le plus grand réseau aérien entre l’Asie et l’Afrique ces dix dernières années. De plus, nous sommes actuellement la plus grosse compagnie aérienne africaine et la mieux cotée. Nous avons gagné en juin le prix du public Skytrax de la meilleure compagnie africaine et affichons un taux de croissance supérieur à 25 % par an. Tout cela nous a permis de créer un bureau à Tôkyô en avril 2015 afin de pouvoir fidéliser la clientèle japonaise.

Quels sont vos atouts par rapport aux compagnies comme Qatar Airways ou Etihad qui proposent également des vols sur l’Afrique à partir de Tôkyo ?
A. Y. : Nous offrons des vols de qualité trois fois par semaine avec des avions qui ont moins de cinq ans, surtout des Boeing 787 depuis le Japon. Outre les tarifs compétitifs, soit à partir de 150 000 yens [1 130 euros] pour un aller-retour Tôkyô-Addis Abeba en classe économique, nos vols sont presque directs, car l’escale de Hongkong est un arrêt technique d’une heure et les passagers restent dans l’avion.