Destin : Les Aïnous en mode reconquête

Longtemps obligé de taire ses racines, le peuple indigène qui vit principalement à Hokkaidô se bat pour exister.

Maya, à gauche, en compagnie de son père Kenji, est fière de ses origines aïnoues. / Laura Liverani pour Zoom Japon

Peu de gens s’arrêtent à Nibutani, un village rural situé à deux heures de route au sud-est de Sapporo. Les routiers et les motocyclistes font une courte pause à la station-service ou au café-restaurant, le seul établissement de la ville, avant de reprendre la route vers d’autres destinations. Le village est coupé en deux par une grande nationale et il s’étend de part et d’autre du long ruban de bitume, entouré de montagnes et de forêts. La route est presque parallèle au Saru, fleuve sacré des Aïnous, peuple autochtone du Japon qui vit dans cette partie de l’archipel depuis des siècles.
Les Aïnous ou les “Blancs”, comme les appelaient les ethnographes du siècle dernier en raison de leurs traits caucasiens, sont encore peu connus en dehors du Japon. Originaires de l’île de Hokkaidô et de Sakhaline, aujourd’hui partie de la Russie, ils ont été colonisés par les Japonais. Au cours de la première moitié du siècle dernier, ils furent presque complètement assimilés, leur religion et leur langue furent bannies, leurs terres confisquées. On estime qu’il y a actuellement environ 25 000 personnes d’origine aïnoue au Japon qui vivent pour la plupart sur l’île septentrionale. Cependant, ce chiffre est difficile à vérifier dans la mesure où de nombreux descendants aïnous préfèrent cacher leurs origines pour éviter la discrimination. Les caractéristiques physiques ethniques sont maintenant moins visibles, souvent impossibles à détecter, après plus d’un siècle de mélange avec les Japonais.