Histoire : 50 années de transformations

Construit en 1933, le grand magasin Isetan a été épargné par les bombardements de la Seconde Guerre mondiale. Il est un des symboles du quartier. / Gianni Simone pour Zoom Japon

Puisque l’on évoque les cafés disparus, à la fin des années 1960, tous les rebelles et les artistes se rassemblaient au Fûgetsudô. Vous pouviez y rencontrer des poètes comme Takiguchi Shûzô, Shiraishi Kazuko, et Tanikawa Shuntarô, des acteurs comme Mikuni Rentarô et Kishida Kyôko, et bien sûr l’artiste polyvalent et enfant terrible Terayama Shûji (dont la base principale était en fait Shibuya). Maro Akaji, le maître du butô, raconte que c’est là qu’il a rencontré pour la première fois le dramaturge Kara Jûrô (qui à l’époque était occupé à façonner son “théâtre de situations” à l’intérieur de la célèbre tente rouge). Puis, à partir de la fin de la décennie, de plus en plus de hippies ont fait leur apparition, apparemment pour y vendre et consommer de la marijuana et du LSD. Malheureusement, l’endroit a fermé ses portes en 1973, mais vous pouvez toujours profiter de cette culture rétro des cafés de l’époque (bien que l’atmosphère y soit plus bourgeoise) à L’Ambre, qui, soit dit en passant, est très proche de l’emplacement de l’ancien Fûgetsudô.
Près de L’Ambre, se trouve également un autre point de repère de Shinjuku : le grand magasin Isetan. Ce gigantesque bâtiment a été construit en 1933 dans le style art-déco alors populaire et a miraculeusement survécu aux raids aériens. Aujourd’hui, il est considéré comme le visage de Shinjuku et l’un des grands magasins les plus importants du Japon. Il vaut le détour (attention aux détails architecturaux) même si vous n’êtes pas d’humeur à faire du shopping. L’endroit est particulièrement bondé pendant les vacances, alors vous pouvez imaginer le choc quand le poste de police situé devant son entrée principale avait été incendié la veille de Noël en 1972.
A une centaine de mètres du poste de police et face à Isetan, Avenue Meiji, se trouve l’Art Theater Shinjuku Bunka qui existait déjà à l’époque. La seule différence est liée au fait qu’il y a cinquante ans cet endroit (et le Sasori-za (Théâtre Scorpion) situé au sous-sol) était au cœur de l’avant-garde cinématographique au Japon. On y projetait des films étrangers d’art et essai et les œuvres des talents locaux en devenir (voir p. 16). Désormais, ce n’est plus qu’une salle de cinéma comme les autres à Tôkyô.

Alors que la zone située à l’est la plus proche de la gare de Shinjuku a conservé pendant des décennies sa structure originale, le quartier chaud de Kabukichô est sorti de la guerre dans un état si délabré qu’il a subi une reconstruction complète. En plein milieu, entouré par des petits bars, se trouvait le Shinjuku Art Village, un petit théâtre consacré – croyez-le ou non – au butô. Comme ses propriétaires ne se donnaient pas la peine de faire de la publicité pour les spectacles, il y avait généralement moins de dix personnes dans le public, y compris quelques ivrognes qui étaient entrés par erreur. Inutile de dire que cela n’a pas duré longtemps. Il a déménagé à Meguro en 1974.