Mémoire : Le cœur de la contre-culture

Pour Yomota Inuhiko, grande figure de la critique, Shinjuku a joué un rôle clé dans la diffusion de nouvelles idées.

Pour Yomota Inuhiko, le quartier de Shinjuku a été un paradis cinématographique. / Jérémie Souteyrat pour Zoom Japon

Le professeur Yomota Inuhiko est une figure unique dans le monde de la critique au Japon. Alors qu’il était encore étudiant à la prestigieuse université de Tôkyô (Tôdai), Yomota travaillait à mi-temps pour aider à l’édition des manuscrits rédigés à la main par Ôe Kenzaburô et commençait à écrire sur le cinéma dans plusieurs magazines. Aujourd’hui encore, il reste probablement plus connu pour ses essais sur les films japonais, asiatiques et occidentaux. Pourtant, au lieu de se concentrer sur une seule spécialité, il a cultivé de nombreux intérêts au fil du temps comme la littérature, la musique, la bande dessinée et même la cuisine. Parmi la centaine d’ouvrages qu’il a publiés (dont aucun, malheureusement, n’a été traduit en langue occidentale), High School 1968 (éd. Shinchôsha, 2004, inédit en français) est un témoignage de première main sur ce que c’était d’être un adolescent pendant la période de bouleversements sociaux à la fin des années 1960. Mi janvier, il a publié le premier volume d’une série de trois livres consacrée à cette période sous le titre 1968. Le premier tome Bunka [Culture, éd. Chikuma Shobô, inédit en français] richement illustré évoque le bouillonnement culturel de l’époque. Nous l’avons rencontré dans une école de cinéma à Shibuya après une projection à laquelle il avait participé.
“Le cinéma a toujours été ma grande passion”, explique-t-il. “A 13 ans, j’étais déjà membre de l’Art Theater Shinjuku Bunka où l’on pouvait voir des films rares d’art et essai venus d’Europe. Puis, à l’âge de 15 ans, comme mon lycée se trouvait à Komaba, il était donc très facile pour moi de me rendre à Shinjuku où beaucoup de choses excitantes se déroulaient.”