Bouillonnante Asahikawa

Une tranche de porc cuit, une rondelle de bambou, des poireaux émincés, des nouilles cuites à point dans un bouillon aux saveurs subtiles : dépaysement garanti. / Gabriel Bernard pour Zoom Japon

Il suffit parfois d’un petit détail pour transformer un voyage en une expérience unique à l’instar des râmen d’Aoba.

La devanture ne paie pas de mine. Mais le grand noren (court rideau suspendu à l’entrée des restaurants) orange vif qui y est accroché permet de savoir rapidement qu’on est au bon endroit : Râmen Aoba. Le banc qui se trouve devant le restaurant est là pour nous rappeler qu’il faut parfois faire preuve de patience avant de pouvoir déguster les râmen (nouilles en bouillon) de ce qui ressemble plus à une gargote qu’à un restaurant réputé. Pourtant Aoba est une de ces adresses que l’on aime connaître et partager avec ses amis. En effet, il s’agit d’un des hauts lieux de la gastronomie de catégorie B (B kyû gurume) comme on appelle au Japon les restaurants où l’on sert des plats issus de la cuisine populaire. Cela n’empêche pas certains d’entre eux d’être recensés dans de prestigieux guides gastronomiques comme le Michelin (voir Zoom Japon n°71, juin 2017). Râmen Aoba n’y figure pas, mais il n’en reste pas moins un endroit à découvrir. A la différence d’autres râmen-ya, restaurants de râmen, il se distingue par une ambiance plutôt calme où les clients semblent davantage se concentrer sur le contenu de leur bol que sur leur environnement. Même derrière le comptoir, on fait preuve de retenue. Chaque geste est précis, presque mécanique. Cela tranche avec l’atmosphère d’autres établissements où les cuisiniers ont un oeil sur ce qu’ils préparent et l’autre dans la salle. Chez Aoba, il règne un silence presque monacal. Seul le “slurp” qui accompagne l’aspiration des nouilles vient briser cette ambiance. L’aspiration de ces longues lanières ayant baigné quelques minutes dans un bouillon aux saveurs parfaitement équilibrées procure une intense satisfaction qui se lit sur les visages en fin de repas. Asahikawa est considérée comme l’une des villes références dans l’univers des râmen comme Sapporo ou Kitakata. Au cœur de Hokkaidô, la dégustation de ce plat simple me donne l’impression d’être en immersion totale et me procure une intense joie.

Gabriel Bernard

Pour S’y rendre
Au départ de l’aéroport de Haneda, à Tôkyô, plusieurs compagnies proposent des vols vers Asahikawa (1h35). Râmen Aoba se trouve à 500 m de la gare sur la grande avenue qui lui fait face. Ouvert de 9h30 à 14h et de 15h à 19h50 (18h50 le dimanche). Tél. 0166-23-2820.