Yasugi, un goût d’éternité

Derrière d’immenses baies vitrées, le visiteur peut observer au fil du temps le changement qui s’opère dans la nature. / Odaira Namihei pour Zoom Japon

C’est grâce au musée d’art Adachi et au magnifique jardin qui l’entoure que la petite cité est un lieu incontournable.

François Berthier, qui fut l’un des grands historiens des arts du Japon et fin connaisseur des jardins japonais, expliquait que “dans le jardin, abrégé de la grande nature, l’homme peut reconnaître son propre visage”. Cette phrase m’a souvent accompagné dans mes nombreux déplacements dans l’archipel où, il est vrai, les jardins sont nombreux. Il existe même des classements qui permettent aux curieux de découvrir ça et là quelques merveilles dans la gamme relativement étendue des jardins japonais. Il y en a même trois qui se distinguent de tous les autres dans la mesure où depuis des décennies ils figurent aux trois premières places : le Kenroku-en à Kanazawa, le Kôraku-en à Okayama et le Kairaku-en à Mito.
Ils méritent bien évidemment d’être parcourus car ils témoignent d’un savoir-faire unique et offrent aux visiteurs des moments de plaisir. Mais je dois dire qu’aucun d’entre eux ne m’a jamais procuré autant d’émotion que le jardin du musée d’art Adachi implanté dans la préfecture de Shimane, à l’ouest de l’archipel. En plus de posséder l’une des plus riches collections d’art japonais, cette institution voulue par l’homme d’affaires Adachi Zenkô s’est donc doté d’un chef-d’œuvre naturel en six tableaux que l’on peut observer à travers d’immenses baies vitrées. Il est impossible de rester impassible devant tant de beauté. Au-delà de son agencement, ce jardin est l’expression de la notion d’éternité, laquelle se manifeste pour les Japonais à travers le changement, l’impermanent (mujô). A côté des toiles qui ont saisi des instants, le tableau vivant qu’est ce jardin illustre parfaitement le passage du temps grâce à la nature changeante même si cela semble parfois imperceptible. Aussi je ne manque rarement une occasion de m’y rendre à des moments différents de l’année pour justement mieux me laisser pénétrer par cette grâce qui donne un sens à mon existence beaucoup plus que de grands discours. Pensez-y lors d’un prochain voyage au Japon.
Odaira Namihei

Pour S’y rendre
Au départ de la gare de tôkyô, empruntez le shinkansen jusqu’à Okayama. De là, un train de la ligne Hakubi en direction d’Izumo vous emmènera jusqu’à la gare de Yasugi (2h20). Une navette gratuite (20 minutes) vous conduira ensuite jusqu’au musée. www.adachi-museum.or.jp/en/