Partage d’expériences à Iida

Le séjour chez l’habitant est une des meilleures façons d’appréhender la réalité du pays. Ici chez Mme Agematsu Tae. / Johann Fleuri pour Zoom Japon

Les étudiants de l’INSEAD ont pu découvrir un Japon inattendu au cours d’une étape à Iida.

C’est dans les petites villes comme la nôtre que l’on peut vraiment toucher du doigt le cœur du Japon”, s’enorgueillit Shirota Akihisa, responsable de l’éducation à la mairie. Il faut tout de même admettre que le charme d’Iida est entier. Enclavée entre plusieurs montagnes, la petite ville paisible est située au sud de la province du Shinshû, ancien nom de la préfecture de Nagano, une appellation toujours affectueusement utilisée par les habitants. Ici, on cultive des fruits, en particulier des pommes, mais aussi toutes sortes de légumes et du riz. Commune rurale d’environ 100 000 habitants, Iida est également connue dans l’archipel pour le soin qu’elle porte au maintien de l’art du ningyô jôruri ou bunraku par le biais de son théâtre Imada, mais aussi de son festival organisé tous les ans, en août. Ce matin-là, une douce euphorie envahit la ville et la raison à cela n’est pas l’arrivée des températures printanières, non, le bus arrive déjà et tout le monde est à pied d’œuvre.
Débarqués de Fontainebleu, Singapour et Abu Dhabi, 43 élèves de l’Institut européen d’administration des affaires (INSEAD), en périple d’une semaine au Japon, s’apprêtent à découvrir Iida le temps du week-end. Aux manettes de l’organisation de ce voyage : Nakayama Narune, Makijima Takao et Nagase Jin, trois étudiants japonais qui font également partie de la promotion 2017-2018 de l’Insead. “A l’origine du projet, nous avions simplement envie de faire découvrir notre pays aux autres étudiants”, se souvient Nakayama Narune. Pour cela, nous avons entrepris de monter des partenariats avec des entreprises japonaises, essentiellement liées à l’enseignement supérieur mais aussi des agences de voyages, puis nous avons réfléchi à l’itinéraire.” Sur l’ensemble du parcours, Kyôto et Tôkyô étaient un passage obligé, mais “nous ne voulions pas nous limiter à ces 2 villes”. Ils ont ajouté la source thermale d’Arima onsen et “en faisant quelques recherches, Iida s’est rapidement imposée.”