Mise en bouche : Des yeux au palais, un plat

Conçu par Kusanagi Yôhei, ce lieu permet de goûter à la cuisine des écrivains. / Sekiguchi Ryôko pour Zoom Japon

Dans cet établissement atypique, les visiteurs peuvent découvrir des plats promus par les plus grands auteurs.

Au Japon, la littérature regorge de scènes de table et les livres de recettes d’auteurs littéraires, tout comme en France, ne sont pas rares. Au Musée de la littérature moderne japonaise (Nihon kindai bungakukan), à deux stations de Shibuya et juste à côté de l’université de Tôkyô, presque caché au cœur d’un quartier résidentiel, se trouve le BUNDAN COFFEE & BEER, où l’on peut réellement savourer les plats que les auteurs aimaient ou préparaient eux-mêmes dans leur vie quotidienne.
Kusanagi Yôhei, concepteur du lieu, a, pour ainsi dire, toujours eu des idées atypiques autour des livres . Il vient d’ailleurs d’ouvrir une librairie spécialisée dans les livres sur “l’amour” à Shinjuku, dans le quartier chaud de Kabukichô, où de beaux garçons, vos “serviteurs libraires”, proposent une sélection personnalisée de livres en fonction de l’amour que vous voulez vivre. “Ce n’est pas l’idée qui vient d’abord, c’est le lieu qui, avant tout, détermine la nature de l’espace que nous souhaitons créer. Pour ce café, le Musée m’a proposé d’utiliser une ancienne cantine, et l’idée de relier la cuisine à la littérature m’est venue tout naturellement”, raconte-t-il.
Ainsi, et depuis cinq ans, les amateurs de littérature viennent découvrir le “goût du livre” dans une ambiance rétro et des murs recouverts de livres issus de sa collection privée. “Je suis accro à la littérature, c’est un peu mon lieu rêvé. Car en lisant les romans, je rêvais de goûter les mets qui y étaient décrits.” Son rêve est désormais devenu réalité. Dans ce café, on peut à la fois déguster la recette originale de curry de la romancière Uno Chiyo, réputée pour être une excellente cuisinière, le petit-déjeuner typique qui apparaît dans La Fin des temps (Sekai no owari to Hâdo-boirudo Wandârando, éd. du Seuil, coll. Points) de Murakami Haruki, la tarte au saumon et la soupe à la bière chères à Sherlock Holmes, ou encore le ragoût de langue de bœuf inspiré par Dazai Osamu : le menu n’est limité ni dans le temps ni dans l’espace. “Nous n’essayons pas de restituer des mets comme le ferait un historien, des recettes telles qu’elles ont été réalisées. Le plus important, il me semble, est de proposer des goûts qui font voyager dans l’univers d’un livre ou d’un auteur”, insiste Kusanagi Yôhei. Le chef, Nakajima Michel, propose aussi des plats en lien avec les expositions du Musée de la littérature.
Depuis son ouverture, ce café a non seulement attiré des chercheurs assidus en littérature moderne venus consulter les archives, mais aussi des amateurs d’auteurs japonais en visite au Musée, Japonais comme étrangers. Le goût, la cuisine deviennent des ponts qui rendent accessible un monde qui peut parfois sembler lointain.
Kusanagi Yôhei a d’ailleurs évoqué son envie d’ouvrir un café similaire en France. Et pourquoi pas un lieu où l’on pourrait apprécier des mets conçus par Alexandre Dumas ou Marguerite Duras ?

Sekiguchi Ryôko

Informations pratiques
BUNDAN COFFEE & BEER 4-3-55 Komaba,
Meguro-ku, Tôkyô 153-0041. Tél. 03-6407-0554
http://bundan.net/
De 9 h 30 à 16 h 20. Fermé dimanche et lundi ainsi que le quatrième jeudi du mois.