Nihongothèque « Harukisuto »

Harukisuto, si j’étais française, je le prononcerais plutôt “Harukiste”, il s’agit des passionnés de l’écrivain Murakami Haruki. Les plus enthousiastes d’entre eux se réunissent dans un café tokyoïte lors de la publication d’un nouvel ouvrage ou de l’annonce du prix Nobel de littérature afin d’échanger des opinions. Cet été, ils s’y sont retrouvés pour partager la joie de savourer la voix de l’auteur de 1Q84 qui a présenté pour la première fois une émission de radio ! Moi-même, lectrice du romancier depuis mon époque lycéenne, j’ai suivi ce programme de 55 minutes intitulé Murakami Radio – Run & songs dans lequel il évoquait les chansons qu’il écoute lorsqu’il court. Honnêtement, je l’ai trouvé plus vivant et fidèle à son style que son discours contre le nucléaire à Barcelone en 2011. A noter que Haruki n’est pas un homme de média contrairement à l’autre Murakami (Ryû), auteur du Bleu presque transparent qui se montre régulièrement à la télévision. Le côté mystérieux du premier lui permet sûrement de ne pas trahir l’image de son univers fantastique envoyée à ses lecteurs. Cela a dû ensuite inciter certains d’entre eux à devenir des Harukisuto fanatiques qui mènent un style de vie basé sur Murakami-shugi, ou “Murakamisme” fondé sur les personnages décrits dans les œuvres de leur auteur adoré ou sur ses paroles-mêmes. C’est un phénomène assez rare dans l’archipel hormis pour les musiciens et aidoru (idoles). Même les partisans du Premier ministre Abe Shinzô ne méritent pas de se nommer ni Abeïste, ni Shinzoïste, on les qualifie simplement shijisha (partisan) ou Abe-shinpa qui trouve son origine dans le terme anglais “sympathizer” (sympathisant).
Chaque année, à partir de septembre, les médias et les Harukisuto commencent à s’agiter en attendant l’attribution du prix Nobel de littérature, ce qui ne sera pas le cas cette année puisque le prix a été reporté d’au moins un an. Tant mieux, je préfère l’émission radio ! Sinon, en septembre il y a l’élection du président du Parti libéral-démocrate que M. Abe veut gagner pour rester au pouvoir. Le Japon va s’agiter pour de vrai !
Koga Ritsuko