Reportage : Le ballon ovale pour guérir

Du haut de ses 48,5 mètres, la statue de Dai-Kannon surplombe la baie de Kamaishi. / Benjamin Parks pour Zoom Japon

Une fois le match terminé, nous nous promenons dans le centre-ville, situé juste derrière le port. Tout a l’air propre et ordonné et il n’y a plus aucun élément visible de la catastrophe de 2011. Finis les débris et même la peinture rouge que l’on pouvait voir à cette époque sur les bâtiments pour marquer l’endroit où les secours avaient fouillé à la recherche des victimes. Ensuite, nous hélons un taxi pour nous rendre au nouveau stade de rugby. Le Kamaishi Recovery Memorial Stadium a officiellement ouvert ses portes, le 19 août dernier, avec un événement spécial comprenant un certain nombre de matchs de démonstration. Le stade a une capacité de 6 000 spectateurs, mais 10 000 sièges temporaires supplémentaires seront installés pour les deux matches que la ville accueillera pendant la Coupe du monde : Fidji contre l’Uruguay et la Namibie contre le vainqueur du repêchage qui n’est pas encore connu.
La première chose que l’on remarque, c’est que l’installation a été construite à proximité de l’embouchure de la rivière, un endroit assez dangereux, compte tenu du risque constant de tsunami. “C’est en fait l’endroit où se trouvaient les écoles primaires et les collèges”, explique Ichikawa Kaori. “Heureusement, tous les étudiants avaient suivi une formation en cas de catastrophe. Ainsi, dès que l’alerte au tsunami a été déclenchée, ils ont quitté leurs classes et les lieux avoisinants avant que les bâtiments ne soient balayés par le tsunami. Le stade a été construit à cet endroit en souvenir de la catastrophe. Comme vous pouvez le constater, une barrière anti-inondation a été construite pour protéger la région du tsunami. De plus, derrière le stade, trois chemins mènent au sommet de la colline que les gens peuvent utiliser comme issues de secours.” Non loin du stade, la gare a été reconstruite. Elle devrait être pleinement opérationnelle en mars prochain.
De retour à l’hôtel, je discute avec la jeune réceptionniste et je lui pose des questions sur la Coupe du monde. “Ma génération n’a aucun souvenir de l’équipe qui a remporté tous ces titres”, reconnaît-elle, “Nous n’avons pas grandi avec un enthousiasme particulier pour le rugby. Donc pour nous, le rugby ne fait pas vraiment partie de nos vies”. En dehors de la question du goût personnel de chacun pour le rugby, le problème principal est que le stade a coûté trois milliards de yens, un fardeau financier énorme pour une ville qui se remet à peine de la catastrophe. “A l’époque, le projet a suscité des critiques de nombreuses personnes qui pensaient qu’il y avait des choses plus urgentes à reconstruire”, admet Mme Ichikawa. “Mais nous avons commencé à recevoir de plus en plus de messages de sympathie et d’encouragement du Japon et les billets pour les deux matchs de la Coupe du monde se sont rapidement vendus. Finalement, même les personnes qui étaient à l’origine contre le stade semblent avoir changé d’avis. Les générations plus jeunes ne savent rien des jours de gloire du rugby à Kamaishi mais, pour beaucoup d’entre nous, l’important est de montrer à nos enfants que la ville se redresse pour qu’ils se sentent fiers d’en faire partie.”