Toyosu doit encore faire ses preuves

Il faudra encore quelques aménagements pratiques pour amener les touristes en nombre. / Manuel Sanchez pour Zoom Japon

Les débuts du nouveau marché Toyosu se sont révélés assez difficiles : problèmes de logistique d’ensemble, gestion imparfaite des 3 000 tonnes de marchandises journalières (poissons, fruits et légumes), manque de place de parking pour les camions, embouteillages monstres aux abords… Ces diverses déconvenues que l’on qualifiera de retard à l’allumage, font désormais partie du passé. Le nouveau marché établi sur une surface de 41 hectares, qui a coûté 4,6 milliards d’euros, tourne dorénavant comme une horloge ou presque. Seule ombre au tableau, l’accueil des touristes. Alors qu’à Tsukiji, sans réservation préalable, les visiteurs extérieurs au marché pouvaient se présenter dès 5 h du matin pour tenter d’assister aux premiers moments intenses de la vente aux enchères des thons, à Toyosu, il est maintenant obligatoire de s’enregistrer à l’avance avec un quota maximum fixé à 120 personnes par jour. De plus, le spectacle pouvait être observé quasiment au contact des professionnels à Tsukiji. Pour des raisons compréhensibles d’hygiène, la vente aux enchères se contemple à présent depuis une plateforme d’observation vitrée. Conséquences des premiers mois de visite, les touristes ont boudé la plateforme d’observation au quota limité, et préféré se cantonner à la passerelle aérienne vitrée du deuxième étage. Ceci permet en outre de profiter du ballet impressionnant des chariots électriques à gros volant évoluant à toute vitesse au milieu des multiples travées. Afin de remédier à ces problèmes d’accueil, des solutions drastiques ont été appliquées depuis le mois de janvier 2019 : assouplissement des règles de visites, augmentation du quota de visiteurs autorisés, signalétique en anglais très complète… Seul bémol, il serait judicieux d’avancer l’heure d’ouverture de la ligne de métro d’accès à 4 h du matin. Pour l’instant, celle-ci débute à 5 h, privant ainsi les touristes des précieuses et intenses premières minutes du démarrage de la vente aux enchères. Relié à la station de métro Shijô-mae, le bâtiment annexe Uogashi Yokochô (nom de l’ancien petit marché intérieur à Tsukiji) peinait à l’automne à accueillir les premiers visiteurs, les allées étaient encore dans leur majorité trop désertes. Les boutiques (à présent au nombre de 70), les restaurants (38 à présent au total dans les 3 bâtiments), l’espace commercial pour les touristes nommé Uogashi Yokochô, tournent désormais en ce printemps presque à plein, réunissant enfin tous les paramètres d’un accueil à la hauteur du lieu. Tout nouveau lieu continue de chercher après son inauguration sa propre identité, Toyosu devrait donc encore souffrir quelques années de sa comparaison avec Tsukiji, plus humain, plus chaleureux, plus effervescent, mais il devrait petit à petit multiplier ses atouts de séduction. Les addicts de sashimi et de bonne cuisine, les gourmands, sont eux depuis 6 mois, ravis ! La fraîcheur exceptionnelle du poisson est au rendez-vous !
Pour l’instant, le nouveau quartier n’attire pas les foules. / Manuel Sanchez pour Zoom Japon