Visite : Quand la réalité dépasse la fiction

Sur cette carte en relief, on aperçoit l’impressionnant réseau de rivières et de fleuves qui entoure Tôkyô. / Jérémie Souteyrat pour Zoom Japon

Il a fallu 17 ans et 238 milliards de yens pour mener à bien le projet, mais l’effort en valait la peine. Il a été estimé que le G-Cans a réduit de 80 % le risque d’inondation. Il y a quelques années, par exemple, un impressionnant typhon a traversé la région de Kantô, déversant 200 mm de pluie sur la région située au nord de Tôkyô, mais on a dénombré seulement 14 maisons endommagées à cause de cette crue. De manière assez incroyable, le Parthénon souterrain peut être visité gratuitement. Il suffit de demander une visite sur leur site Internet (www.ktr.mlit.go.jp/edogawa/edogawa_index045.html). Une fois à l’intérieur, on se croirait sur un plateau de tournage d’un film de science-fiction. L’endroit a d’ailleurs déjà été utilisé pour tourner plusieurs longs métrages.
La visite commence par le centre d’information où sont exposées de nombreuses cartes, photos et dioramas. Après avoir visionné une vidéo, un guide vous conduit à la salle de contrôle. Vient ensuite le Parthénon et quel que soit le nombre de photos que vous avez regardées auparavant, la vue vous coupera le souffle. Sachez simplement qu’une partie seulement de cette zone est ouverte au public et que l’ensemble de l’endroit peut être fermé à tout moment sans préavis.
La meilleure façon d’atteindre le G-Can est de prendre le train depuis la gare de Shinjuku. Empruntez la ligne Saikyô en direction de Kawagoe. Lorsque vous atteignez Ômiya, changez pour la ligne Tobu Urban Park. Descendez à Minami Sakurai et de là, vous pouvez marcher les 3 derniers kilomètres ou prendre un taxi.
Jean Derome