Culte : Le vin au cœur de la culture pop

Illustration de l’intérêt des Japonais pour le vin, l’existence de mangas, romans et autres films sur ce thème.

Si la passion des Japonais pour le vin est récente, les auteurs de mangas, de livres et de films n’ont pas attendu pour mettre ce nouveau sujet dans leurs récits.

Manga
Toute discussion portant sur le vin et la culture pop doit commencer par Les Gouttes de dieu (Kami no Shizuku, éd. Glénat), manga à succès imaginé par Agi Tadashi et illustré par Okimoto Shû. Le protagoniste, Shizuku, est le fils d’un célèbre critique de vin. A la mort de son père qui lui laisse une vaste et coûteuse collection de vins, il doit reconnaître et décrire 12 des vins préférés de son père pour en hériter. Le manga est magnifiquement dessiné et méticuleux dans sa présentation du vin, grâce aux vastes connaissances et à l’enthousiasme d’Agi Tadashi. Son énorme succès auprès des amateurs de mangas et de vins est principalement dû à la manière passionnante et peu orthodoxe avec laquelle il évoque le vin. Une des descriptions les plus célèbres compare l’arôme à un concert de rock, avec des notes de papillons dansant au-dessus d’un étang et un arrière-goût de Jésus-Christ et de ses disciples. Lorsque Shizuku goûte pour la première fois au Mont Perat, il a des visions floues, de musiciens grattant la guitare et de fans enthousiastes. Le groupe se révèle être Queen et l’acidité du vin est comparée à la voix de Freddy Mercury.
Les Gouttes de dieu ont eu une incroyable influence au point que les ventes des vins présentés ont augmenté de 130 % au cours de la première année de publication. La simple mention d’un vin pouvait suffire à augmenter ses ventes de 20 à 30 % au Japon et jusqu’à 50 % à Taïwan, en Chine et en Corée. La série s’est achevée au terme du 44e tome, tout en laissant quelques problèmes non résolus. Les auteurs ont donc décidé de s’y attaquer en créant une suite intitulée Mariage. Introduite par le slogan “la longue quête touche à sa fin”, elle voit notre héros, Shizuku, compléter son parcours initiatique tout en recherchant le meilleur accord entre vin et nourriture. Selon la tradition, le vin est censé être apprécié avec la cuisine française ou italienne, mais les auteurs de cette histoire s’efforcent de prouver que la “boisson des dieux” peut être associée à n’importe quel type de nourriture et avec des résultats surprenants.

La Sommelière est l’œuvre du duo Jô Araki et Hori Ken’ichi illustrée par Matsui Katsunori. / Eric Rechsteiner pour Zoom Japon

En matière de mangas, les jolies filles ne sont jamais loin. Plusieurs histoires publiées sous le titre Wain Gâruzu [Wine Girls] en sont l’illustration. La première a été écrite par Sanada Ikki, artiste manga, créateur de dôjinshi (revue indépendante de mangas) et grand amateur de vin. D’abord apparu sur Internet, puis sous forme de plusieurs volumes, le manga recourt à un procédé devenu très populaire : la personnification d’objets. Dans ses histoires, les 12 personnages principaux sont des cépages anthropomorphes, chacun ayant son propre visage et sa personnalité. En 2015, l’auteur a eu l’idée de présenter ses marques de vin préférées et ses zones de production aux fans de manga, et a commencé à soumettre ses dessins et histoires en ligne. Chaque fille est basée sur un raisin différent et a une personnalité qui reproduit quelque peu ses caractéristiques principales.
Le Cabernet Sauvignon, par exemple, est une fille vivante et curieuse aux cheveux courts, tandis que sa sœur aînée, Merlot, est une jeune femme plus mature et aux cheveux longs. Elles s’entendent très bien. En fait, ces deux cépages sont à la base de bon nombre des grands vins de Bordeaux. Les deux sœurs apparaissent dans le premier récit imaginé par Sanada. Entre autres personnages, on peut citer Gamay (utilisé pour le Beaujolais nouveau) qui incarne une fille polie mais enfantine, tandis que le Pinot Noir, cultivé en Bourgogne et réputé pour son goût soyeux, est représenté par une fille plutôt hautaine. Le Cabernet franc, en revanche, est un cépage qui prospère dans les climats plus froids et qui est incarné de manière appropriée par une fille qui aime les calembours et les mauvaises blagues. Non content de présenter uniquement les produits les plus connus et les plus populaires, Sanada Ikki explore de nouveaux horizons. Il assiste souvent à des dégustations de vin et à d’autres événements connexes pour découvrir des vins encore peu connus au Japon. Ne soyez donc pas surpris de trouver un vin thaïlandais appelé Malaga Blanc qui, dans le manga, a pris l’apparence d’une fille aux cheveux courts et à la peau brun clair. Wain Gâruzu est un yonkoma, un manga en quatre cases comportant de nombreuses notes à la fin de chaque épisode pour aider même les débutants à mieux appréhender un monde fascinant mais complexe du bon vin.
Le deuxième titre de la série Wain Gâruzu a été créé par Matsuyama Sanshirô, acteur et chanteur aux talents multiples, et se déroule dans la préfecture de Nagano, réputée pour ses raisins et son vin. Il a donc imaginé un lycée situé à Shiojiri proposant un cours de vinification. Le personnage principal est une fille qui a quitté Kamakura pour s’installer à Shiojiri, où vit la famille de sa mère. Elle est poussée à s’inscrire dans ce cours sur les conseils d’une autre élève. Elle y rencontre deux autres filles. L’une d’elles a décidé de renoncer à son rêve de devenir médecin pour produire du vin afin d’empêcher la faillite du vignoble familial. L’autre a passé tout son temps à jouer au tennis pour devenir joueuse professionnelle, mais la soudaine maladie de son père bien-aimé qui menace la survie de son restaurant italien florissant l’incite à se lancer dans la fabrication d’un vin maison destiné à remonter le moral de son père. Sous l’impulsion d’un professeur strict mais chaleureux, les trois filles tombent sous le charme du monde exotique du vin et travaillent dur pour atteindre leur objectif : créer quelque chose de spécial.
Le duo composé du scénariste Jô Akira et du spécialiste du vin Hori Ken’ichi ont créé jusqu’à présent trois mangas autour du vin. Le premier, Sommelier (Somurie, éd. Glénat), est dessiné par Kaitani Shinobu et met en vedette Jo, un sommelier capable de juger le vin comme nul autre. Cependant, il refuse le monde des concours et des récompenses pour parcourir la planète à la recherche d’un vin mystérieux qu’il n’a goûté qu’une seule fois dans sa vie, il y a de nombreuses années. Les personnes qu’il rencontre au cours de ses voyages ajoutent une touche humaine et chaleureuse à l’histoire.