Sur les traces du vin de Kôshû

Kondô Nobuyuki gère le vignoble Komazono depuis 2015. / Tanja Houwerzijl pour Zoom Japon

A Kôshû et ses environs, il semble que toute la population locale vibre et vit au rythme du raisin, élevé au rang de véritable star locale. La ferme Miura (www.miurayafarm.com), sur la commune d’Enzan, cultive du raisin de table sur environ deux hectares. Une vie difficile mais épanouissante selon Miura Makoto, 47 ans. Chaque matin, il se lève à 4 h. De mai à octobre, il sait qu’il ne pourra pas se permettre un seul jour de repos. “Cela commence par le moment où les premières grappes commencent à sortir. Je dois les surveiller. Je cultive du Kyohô, du Peony, du Muscat.” A Kôshû, tout le monde a une histoire avec ce fruit. Miura Makoto s’est installé à Yamanashi en 2013, avec sa femme Kahoko et leur fille Akiho, âgée de 10 ans. “Nous sommes originaires de Kamaishi, dans la préfecture d’Iwate, au nord-est de l’Archipel. Après le grand tremblement de terre de 2011, nous avons eu envie de changer de vie. J’avais occupé plusieurs postes dont celui d’employé dans une entreprise d’électricité, mais j’avais toujours caressé le rêve de devenir agriculteur un jour.” Le séisme et le tsunami ont été un électrochoc pour cette famille qui a tout plaqué pour démarrer une nouvelle vie. “Mon père avait une entreprise de pêche, explique Kahoko. Au début, j’ai eu du mal à m’habituer à un quotidien dans les montagnes, moi, fille de la mer. Je me sentais enfermée. Et puis j’ai appris à apprécier à vivre ici. Aujourd’hui, je m’y plais beaucoup.” Leur fille handicapée dispose d’un meilleur accès aux soins que lorsque la famille se trouvait dans le Tôhoku. “On aime aussi beaucoup le vin blanc, le vin Kôshû que l’on a plaisir à faire découvrir aux gens de passage”, explique-t-elle. En plus de son travail au champ, la famille ouvre les portes de sa ferme et offre gîte et couverts aux voyageurs.
“C’est un vrai plaisir d’accueillir de nouveaux habitants dans la région,” se félicite pour sa part Tsuchiya Yukari. “C’est bon pour l’économie locale et nous sommes enchantés de voir des personnes installer une exploitation agricole ou viticole. Vous savez, il n’y a pas vraiment de concurrence entre nous. La demande pour nos vins augmente, mais nous sommes d’ores et déjà au maximum de nos capacités de production alors de nouveaux bras sont donc toujours bienvenus !”

Johann Fleuri

Le raisin de Kôshû résiste aux maladies, à la pluie et au froid. / Tanja Houwerzijl pour Zoom Japon

Pour s’y rendre
AU départ de la gare de SHINJUKU, à tôkyô, empruntez le train Azusa en direction de la gare d’Ôtsuki sur la ligne Chûô. Il faut environ 75 mn pour s’y rendre. A Ôtsuki, changez pour une ligne locale en direction de Katsunuma-budôkyô (environ 20 mn). A Katsuma-budôkyô, taxi et bus seront à votre disposition.