Exploration : Un paradis ferroviaire

Lancé par le modeste Echigo Tokimeki Tetsudô, le Setsugekka est une belle manière de découvrir Niigata. / DR


Lorsqu’il parcourt la région en train quand celle-ci n’est pas recouverte de neige, le voyageur est frappé par l’omniprésence des rizières qui ont permis à la préfecture de devenir le principal producteur de riz et de saké du pays. Il était donc tout à fait logique qu’un train soit dédié à la mise en avant de “la boisson des dieux”. ShuKura, dont le nom associe les termes japonais de “saké” et de “brasserie”, a pour vocation de promouvoir les meilleurs crus locaux dans une ambiance musicale et dans un cadre paysager pour le moins agréable. Trois itinéraires sont proposés au départ de la gare de Jôetsu Myôkô desservie par la ligne à grande vitesse Hokuriku Shinkansen (Tôkyô-Kanazawa). Le premier baptisé Koshino a pour terminus Tôkamachi, le second Yuzawa se rend à Echigo-Yuzawa et le dernier Ryûto termine son trajet à Niigata. Dans tous les cas, la première partie du voyage longe la mer du Japon jusqu’à Kashiwazaki, permettant de profiter de magnifiques vues sur l’océan. Ces trains sont en général en service du vendredi au dimanche. Il faut tout de même s’assurer de leurs horaires comme ceux des autres trains touristiques sur le site que JR East leur consacre (www.jreast.co.jp/e/joyful). Il suffit de choisir son itinéraire en fonction de ses destinations à venir. Par exemple, si l’on veut enchaîner avec la SL Banestsu Monogatari, mieux vaut prendre le Ryûto qui marque un arrêt à Niitsu d’où part “la noble dame”.