Médias : L’humilité a du plomb dans l’aile

On ne compte plus les émissions et les publications qui exaltent le Japon et sa culture. Que cache cette tendance ?

Lancé en 2015 et dirigé par Matsuoka Ryôta, le bimestriel connaît un franc succès auprès du public. / Jérémie Soutyerat pour Zoom Japon

Aussi surprenant que cela puisse paraître, les Japonais, peuple connu pour être modeste et humble et qui était fier de l’être, raffolent de plus en plus de publications et d’émissions de télé qui font abondamment l’éloge de leur culture, leurs mœurs ou de leurs produits industriels et artisanaux. Baptisée “Nippon Sugoi” [Formidable Japon], cette nouvelle tendance constitue désormais une catégorie à part entière et ses auteurs ne manquent pas de tomber dans la contradiction en faisant l’apologie de l’humilité du peuple nippon.
A la télévision, pas moins de quatre émissions hebdomadaires de ce genre sont diffusées au niveau national dans le créneau le plus prisé de 18 h à 21 h. Des comédiens s’ébaudissent devant l’adresse des artisans japonais fabriquant par exemple des bols laqués, ou devant la virilité d’un pêcheur de thon rouge dans le nord du pays. Y sont conviés très souvent des étrangers admirateurs du Japon – personnalités ou touristes – qui ne tarissent pas de commentaires flatteurs sur le pays. Hormis l’artisanat traditionnel, parmi les sujets les plus prisés de ces émissions figurent par exemple la ponctualité des trains au Japon ou la propreté des villes. En gros des choses banales aux yeux des Japonais mais qui peuvent paraître extraordinaires à ceux des étrangers. Bref, à en croire ces émissions qui ne sont pas vraiment crédibles – rares sont celles qui affichent de vraies statistiques –, le Japon serait le pays le plus envié, épatant et aimé de la planète!
Dans le monde de l’édition, le phénomène existe aussi depuis déjà quelques années. “On ne pensait pas en effet que cela allait marcher aussi bien”, confie Matsuoka Ryôta, rédacteur en chef du magazine Japan Class (Tôhô Shuppan). Les contenus de la publication – commentaires positifs d’étrangers, reportages sur des traditions, articles abordant les aspects du pays méconnus des Japonais mais qui séduisent les étrangers – ressemblent à ceux des émissions de télévision. Si elle a été créée en 2015, c’est que “les Japonais connaissaient trop peu leur propre pays et sont souvent incapables d’expliquer leur culture aux autres”, estime Matsuoka Ryôta. Mais force est de constater que certains de leurs articles sont parfois déplacés, voire obsolètes. C’est ainsi que le magazine fait l’éloge des Japonaises qui passent plus de temps au foyer que les femmes d’autres pays, alors que dans la société on martèle plus que jamais l’importance de l’égalité entre les hommes et les femmes.