Le pain gagne du terrain

Le pain de mie bénéficie d’une très forte cote de popularité chez les consommateurs japonais. / Jérémie Soutyerat pour Zoom Japon

L’origine de la consommation du pain remonterait aux années 1950. “Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, la famine a frappé le Japon, il n’y avait plus suffisamment de riz pour nourrir la population locale, explique Yaguchi Kazuo, rédacteur en chef de la revue professionnelle Pan News. De la farine de blé a alors été apportée en masse par les Etats-Unis, d’où la très forte augmentation de la consommation de pain à cette époque. C’est aussi une des raisons pour laquelle les Japonais âgés aujourd’hui de plus de 60 ans sont très friands de pain : ils en ont mangé beaucoup et tous les midis à la cantine quand ils étaient petits.” Cependant, aujourd’hui, le riz semble revenir en force. “Petit à petit, il y a eu une vraie volonté de réintroduire le riz dans l’assiette des jeunes générations, poursuit-il. Notamment à la cantine, où le pain n’est désormais consommé qu’une fois par semaine : le reste du temps, les écoliers mangent du riz au déjeuner.” On retrouve cette idée dans les données de la banque Nôrinchûkin, les écoliers restent fidèles au riz, à 90 % pour le déjeuner, repas généralement préparé par les parents sous forme de bentô (91, 8 %), mais aussi acheté en dehors de l’établissement scolaire ou encore servi à la cantine. Toutefois 55 % des élèves du secondaire disent également vouloir faire attention à leur poids. Un bon point pour le pain par rapport au riz puisqu’il serait moins calorique. C’est d’ailleurs un argument marketing assumé par certains publicitaires. Pour cette raison nutritionnelle, on remarque que sur les 200 lycéennes tokyoïtes interrogées, elles sont 73,5 % à manger du pain au petit-déjeuner et se disent également plus concernées par la prise de poids (82,5 % pour 27,5 % des garçons), tendance qui n’existait presque pas, il y a encore 11 ans. Sur les 27,3 % des lycéens qui optent pour un déjeuner au konbini, il s’agit en majorité de filles qui consommeront principalement (51,1 %) du pain ou des sandwichs.
Si la consommation du pain a fait une percée remarquée après la Seconde Guerre mondiale, l’histoire de son arrivée dans l’archipel est bien plus ancienne. Le pain aurait fait sa première timide apparition au Japon dans les années 1540, lorsque des missionnaires en apportèrent d’Europe, à bord d’un navire. Il existerait, par ailleurs, des écrits où le seigneur et général, Oda Nobunaga, raconte découvrir le goût du pain, offert par les missionnaires. Durant le sakoku, période de fermeture du Japon, le pain disparut presque complètement. C’est à la fin du XIXe siècle que des Japonais se lancèrent pour la première fois dans la production de pain, sous l’impulsion du politicien, Egawa Hidetatsu, pour qui il s’agissait de la nourriture la plus pratique pour nourrir les soldats sur les bateaux, sans se faire remarquer par la vapeur dégagée par la cuisson du riz.