Innovation : Le syndrome des Galapagos

Toyoda Akio devant la Mirai, premier véhicule grand public fonctionnant à l’hydrogène./ Toyota

Leader technologique, le Japon a vu sa position de plus en plus contestée au cours des trois dernières décennies.

Pendant de longues années, le Japon a eu la réputation d’assimiler des cultures étrangères leurs technologies et de les améliorer. En même temps, du fait de son histoire liée à un isolationnisme politique, il aurait développé une mentalité insulaire, laquelle a favorisé à la fois des inventions originales et des pratiques décoiffantes sans oublier un certain attrait envers l’innovation technologique. L’ère Heisei en aura été une nouvelle illustration dans divers secteurs.

L’automobile
Au cours des 30 dernières années, les entreprises nippones ont joué un rôle de premier plan dans ce domaine en fabriquant des voitures très abordables, fiables et innovantes. Ce faisant, le Japon est devenu le plus grand pays producteur de voitures dans le monde en 2000, tandis qu’en 2008, Toyota a dépassé General Motors en tant que premier constructeur automobile mondial. Cependant, au cours des dernières années, la nouvelle concurrence chinoise a réduit sa part de marché.
En 1997, Toyota a commencé à commercialiser la Prius, la première voiture hybride produite en série dans le monde. Elle est rapidement devenue culte grâce au soutien de célébrités respectueuses de l’environnement telles que Leonardo DiCaprio et Cameron Diaz. Aujourd’hui, ce modèle est vendu dans plus de 90 pays. Ses principaux marchés étant le Japon et les États-Unis, tandis que son système hybride est installé sur environ 10 millions de ses voitures et concédé sous licence à d’autres constructeurs, notamment Nissan et Ford. Dans le même temps, la forte concurrence de Tesla et d’autres constructeurs automobiles a incité Toyota à aller de l’avant avec une nouvelle révolution technologique : les voitures à hydrogène.
Mazda avait d’abord développé l’idée lors du Salon de l’automobile de Tôkyô en 1991 où le prototype HR-X avait été dévoilé. Cependant, Toyota a rapidement détrôné Mazda en tant que développeur principal de la technologie à hydrogène, proposant ainsi l’innovant modèle Mirai. L’hydrogène est considéré comme le mot-clé dans le domaine de la voiture propre, car la réaction chimique dans une pile à combustible ne produit que de l’eau. Il est également rapide de faire le plein, contrairement aux batteries des voitures électriques. En revanche, l’hydrogène est coûteux et difficile à stocker, et des voitures comme la Mirai nécessitent la création d’une infrastructure onéreuse pour la production, le transport et le stockage en vrac de l’hydrogène. A l’heure actuelle, de nombreux problèmes restent à résoudre. En février 2017, par exemple, Toyota a rappelé tous les 2 800 modèles vendus jusqu’à présent en raison de problèmes liés à son système de pile à combustible. Les voitures ont été rapidement réparées sans frais pour les clients.