Analyse : Une brouille qui ne passe pas

Le traité d’annexion de la Corée signé le 22 août 1910 par le Premier ministre pro-japonais Yi Wan-yong et Sunjong, le dernier empereur de Corée.

Pour l’universitaire Okuzono Hideki, les deux gouvernements actuels ont mal géré la situation et contribué à l’envenimer.

Depuis des années, le Japon et la Corée du Sud se disputent à propos du passé. Cependant, les deux voisins semblent aujourd’hui dans une impasse et il est difficile de voir comment ils pourront surmonter leurs désaccords actuels et sauver leurs relations troublées mais importantes. Zoom Japon s’est entretenu avec Okuzono Hideki sur les causes et les conséquences de ce bras de fer. Ancien correspondant à Séoul de l’Asahi Shinbun, le second quotidien de l’Archipel, il est désormais professeur associé à l’université de Shizuoka et directeur adjoint de son Centre d’études coréennes. Sa première expérience en Corée remonte à 30 ans, quand il a étudié pendant deux ans à l’Université Yonsei de Séoul. Il a ensuite enseigné à l’Université Dongseo de Pusan. Il se rend encore en Corée quatre ou cinq fois par an pour se tenir au courant des derniers développements.
“Si vous voulez vraiment connaître la Corée du Sud, vous devez prendre le temps de visiter le pays régulièrement, car la situation y évolue à un rythme très rapide”, explique Okuzono Hideki. “Chaque fois que j’y vais, j’essaie de rencontrer le plus de gens possible, des politiciens aux bureaucrates en passant par des journalistes et des universitaires. Comme il existe un grand fossé générationnel au niveau de la mentalité des gens, j’essaie aussi toujours de parler avec des étudiants. Ils sont très passionnés et manifestent beaucoup d’engagement dans leurs études.”