Le 1er mars 2012, à Minami-Sôma

Un portrait du Premier ministre du Japon, M. Noda, au bord d'une route...Minami-Soma fait partie des villes sinistrÈes par la triple-catastrophe du 11 mars 2011..700 personnes ont trouvÈ la mort dans le sÈisme et le tsunami qui a ravagÈ son littoral...La partie sud de la municipalitÈ est aujourd'hui prisonniËre de la zone des 20 km autour de la centrale nuclÈaire de Fukushima
© Eric Rechsteiner

Sur la route qui mène à Fukushima, un panneau à l’effigie du Premier ministre Noda et sa formation politique, le Parti démocrate, annonce : “Sans renaissance de la préfecture de Fukushima, pas de renaissance du Japon”. Un message qui laisse de marbre la population de Minami-Sôma. La ville a souffert du séisme et du tsunami, mais surtout sa partie sud appartient à la zone d’exclusion des 20 km autour de la centrale de Fukushima Dai-ichi.