Abonnement Zoom Japon

Les leçons de l’automatisme

humeur-ritsuko_koga-ZoomJapon

Je rêvais de conduire en France. Mon vœu a été exaucé grâce à la voiture automatique que mon mari a achetée. Mais plus précisément c’est moi qui ai payé la partie automatique, c’est-à-dire la boîte automatique qui coûtait 20 % plus cher que la boîte manuelle. J’ai donc pris en charge le surcoût, car c’est moi qui la voulais. Il avait hésité au début comme la plupart des Français qui disent souvent “j’aime bien passer les vitesses, c’est la sensation qui compte, avec une boîte automatique on ne fait rien, c’est nul”. Je veux bien croire que certains d’entre eux aiment vraiment conduire, mais comment se fait-il qu’autant de Français, qui souvent évitent de faire des efforts, ne sont pas pour l’automatisation ? Bien évidemment, il y a des choses qui doivent rester manuelles plutôt qu’automatiques, comme les toilettes publiques de Paris dans lesquelles je ne suis jamais tranquille par exemple. Par contre, quand je suis venue en France en 1989, j’ai été surprise par les cuisines ordinaires équipées de lave-linge, de sèche-linge et de lave-vaisselle alors que la France avait, dans l’ensemble, 30 ans de retard en technologie à mes yeux par rapport au Japon. Ils savent donc profiter de l’automatisation, mais ils ont un blocage avec les véhicules. Il faut que vous sachiez que toutes mes connaissances qui ont eu une bagnole automatique disent sans exception “Ça n’a rien à voir avec les autres, c’est cool ! Tu devrais essayer”, y compris désormais mon mari. D’ailleurs pourquoi vend-on les voitures automatiques plus chères dans un pays comme la France qui se présente comme un pays moderne ? Ça n’aide absolument pas les gens à avoir une vie plus simple. Je pense qu’avec une boîte de vitesse automatique, on entendrait sûrement moins les gens crier au volant “P… de merde ! Espèce de C… !”  et il y aurait moins de personnes âgées donnant la nausée à leurs passagers. Ça fait rêver, non ?
Koga Ritsuko