Ville de Naha, préfecture d’Okinawa

© Eric Rechsteiner

Le printemps 2020 restera dans la mémoire des Japonais comme une période au cours de laquelle ils se sont retrouvés seuls, sans la présence parfois bruyante des touristes étrangers qui, depuis quelques années, ont fait du Japon l’une de leurs destinations préférées. La faute à la Covid-19. Les Shisa masqués à l’entrée de la Kokusai-dôri, habituellement l’une des artères les plus animées de Naha, en sont les témoins.