KYÔTO : Créer un lien solide avec le public

Situé dans une rue commerçante traditionnelle, le Demachi-za a su conquérir un public grâce à une programmation variée et diverses activités annexes. / Eric Rechsteiner pour Zoom Japon

Demachi-za a réussi son pari de s’installer dans un quartier où il n’y avait pas de cinéma.

La Demachi Masugata Shôtengai est une rue commerçante animée qui conserve encore l’atmosphère des années 1950-1960. Située dans le nord de Kyôto, près du delta de la rivière Kamo et de plusieurs établissements d’enseignement supérieur tels que la célèbre université Dôshisha et l’université de Kyôto, elle attire une foule mixte d’anciens et d’étudiants locaux. C’est ici, dans un coin autrefois occupé par une pharmacie, que l’on trouve Demachi-za, une petite salle de cinéma indépendante qui, bien que relativement nouvelle dans le quartier, est rapidement devenue un foyer d’activité culturelle.
De l’extérieur, le bâtiment semble trompeusement petit et compact, mais ses activités aux multiples facettes sont réparties sur quatre étages. Le premier étage, en plus d’être le hall d’entrée où vous pouvez acheter des billets et des produits liés au cinéma, est occupé par un petit café qui sert une variété de boissons et de snacks inspirés par le cinéma. On y trouve également une librairie qui vend un large éventail de titres, y compris des livres sélectionnés par des cinéastes et des critiques, et qui organise des conférences autour de la parution d’un ouvrage particulier. Les deux salles de cinéma se trouvent respectivement au deuxième étage et au sous-sol (elles peuvent accueillir entre 40 et 50 personnes) tandis que le dernier étage est consacré aux expositions d’art et autres événements.
Chaque espace (cinéma, librairie, café) est géré par une personne différente, et Tanaka Seiichi est responsable de la programmation des films. Diplômé de l’Université des études étrangères de Kyôto, il a été membre du Festival international du film étudiant de Kyôto avant de rejoindre Shima Films, une société de production cinématographique locale qui gère deux autres cinémas dans la préfecture. “En 2013, la municipalité nous a donné l’autorisation de gérer un cinéma et une école de cinéma dans une ancienne école primaire”, raconte-t-il. “Le cinéma Risshin est devenu assez populaire, mais après environ quatre ans, les autorités ont décidé de confier la gestion de l’école à un opérateur commercial privé qui n’avait aucune utilité pour nos activités.”

Pour Tanaka Seiichi, il ne s’agit pas d’imposer ses choix, mais d’offrir des opportunités aux visiteurs. / Eric Rechsteiner pour Zoom Japon


Dans des circonstances normales, cela aurait signifié la fin du projet, mais en quelques années de fonctionnement, le cinéma Risshin avait trouvé un public fidèle parmi les cinéphiles, et il a donc été décidé de déplacer l’opération dans un autre lieu. Demachi-za a ainsi été créé en juillet 2017.
Bien que la rue commerçante choisie par Tanaka Seiichi et ses collaborateurs soit proche de plusieurs universités, elle ne possédait ni cinéma ni librairie. “Nous avons pensé que cette zone offrait une bonne opportunité de créer une sorte de centre culturel de grande envergure qui, outre la projection de films et la vente de livres, organiserait des événements, des expositions et des conférences”, affirme-t-il. “En même temps, nous voulions créer un espace qui servirait toute la communauté, y compris les passants occasionnels et les passants qui peuvent simplement feuilleter nos livres ou s’arrêter pour manger un morceau. En fait, certaines personnes viennent ici sans savoir ce qu’elles veulent regarder. Elles nous demandent quel est le prochain film et décident ensuite. A la base, aller au cinéma, c’est en fait quelque chose comme ça.”
Avec ses collaborateurs, il a lancé un projet de financement participatif pour aider à couvrir les frais de relocalisation. Bien qu’ils se soient fixé un objectif de 3 millions de yens (25 000€), ils ont finalement réussi à réunir près de 9,5 millions de yens (80 000€), soit plus de trois fois la somme qu’ils avaient espérée au départ. “En dehors du montant lui-même, nous avons été heureusement surpris par le nombre de personnes qui ont répondu à notre appel et qui ont manifesté leur soutien en envoyant à la fois de l’argent et des mots d’encouragement”, confie Tanaka Seiichi. “Ce genre de réaction a confirmé que ce que nous faisions était juste et qu’il y avait beaucoup de gens qui pensaient avoir besoin d’un endroit comme Demachiza. C’est d’ailleurs l’une des raisons pour lesquelles nous avons eu recours à ce mode de financement. Pour nous, Demachi-za n’a pas vocation à être seulement un cinéma. Idéalement, ce devrait être un espace ouvert où les gens se sentent libres d’aller et venir et de passer autant de temps qu’ils le souhaitent. En ce sens, le financement participatif est un moyen de faire en sorte que les gens se sentent directement impliqués dans un projet particulier”, poursuit-il.
Il est certain que Demachi-za a une atmosphère très particulière. “Dans le contexte actuel, se concentrer uniquement sur la présentation de films est devenu un pari risqué”, estime-t-il. “Les petites salles sont coincées entre les multiplexes et les services de vidéo à la demande (Netflix, Hulu, etc.) et perdent constamment des clients. Nous ne sommes absolument pas comme un complexe cinématographique. Nous ne pouvons pas rivaliser avec des lieux plus grands en termes de nombre d’écrans et de confort des sièges, nous devons donc proposer une expérience différente. Concrètement, vous trouverez ici des films à regarder, mais aussi des livres de toutes sortes. Au Japon, de nombreux films sont inspirés de mangas et d’œuvres littéraires, il existe donc déjà une relation étroite entre le cinéma et les livres. Dans les cinémas grand public, il s’agit d’attirer les foules par une publicité bruyante. Notre approche est plus subtile. Ici, nous proposons plusieurs choix, et ensuite, c’est à la personne de choisir sa propre voie, selon ses intérêts et ses goûts. Il s’agit de lui offrir des potentialités à explorer.”
Sur le plan cinématographique, Demachi-za n’a pas de philosophie particulière. “Il se trouve que je suis le responsable de la programmation, mais il s’agit de ne pas laisser mes goûts personnels se mettre en travers de mon chemin. J’essaie toujours de me mettre à la place du public et de décider dans quelle mesure il va aimer un film en particulier”, confie Tanaka Seiichi. “La même attitude guide les autres activités, pas seulement le cinéma. Nous ne voulons pas imposer à nos visiteurs notre idée particulière du cinéma ou de la culture. C’est à eux de satisfaire leurs propres désirs et de profiter de ce qu’ils peuvent trouver ici.”
A ses yeux, le cinéma constitue un lien important avec notre passé et notre présent, et peut même parfois indiquer un chemin vers l’avenir. “Les films sont des miroirs qui reflètent le monde actuel, la façon dont nous nous sentons et vivons nos journées”, analyse-t-il. “Nous voyons le monde et partageons sa souffrance, sa peine, sa colère et sa joie. Grâce au cinéma, nous nourrissons notre imagination et trouvons des idées et de l’inspiration pour vivre mieux.”
Tanaka Seiichi est déterminé à créer une communauté hétérogène de personnes qui viennent profiter de Demachi-za comme un endroit où elles peuvent passer à tout moment et y trouver des idées toujours nouvelles. “J’ai déjà dit ce que les salles indépendantes peuvent ou ne peuvent pas faire, en particulier par rapport aux complexes cinématographiques. Une chose que nous pouvons et devons faire, c’est donner à nos visiteurs le sentiment qu’ils ne sont pas seulement des clients ou des consommateurs. Ils peuvent jouer un rôle actif dans ce que nous faisons, par exemple en nous disant quels films ils veulent voir ou en nous faisant part de leurs réactions et commentaires. Le mot-clé est ici “participation”. C’est quelque chose que seule une petite structure comme la nôtre peut réaliser. En fin de compte, le but de Demachi-za est d’être un endroit spécial où de nouvelles choses et opportunités ne cessent d’apparaître.”
J. D.

Pour s’y rendre
DEMACHI-ZA 133 Miyoshichô, Kamigyô-ku, Kyôto, 602-0823. A 5 minutes de la station Demachiyanagi.