Zom Japon abonnement magazine

Découverte : Tout a commencé à Fukaya

La maison natale de Shibusawa Eiichi, à Fukaya. / Eric Rechsteiner pour Zoom Japon

La ville située au nord de Tôkyô a su mettre en valeur le patrimoine lié à la vie de son illustre citoyen.

Shibusawa Eiichi est né à Fukaya, dans la préfecture de Saitama, une ville située à environ quatre-vingts kilomètres au nord de Tôkyô. A sa naissance, en 1840, l’endroit s’appelait en fait Chiaraijima (littéralement “île lavée de sang”) en souvenir des féroces batailles qui avaient opposé les daimyô (seigneurs féodaux) de la région pendant la période Sengoku au XVIe siècle. Cependant, à l’époque où le futur entrepreneur est venu au monde, c’était un village tranquille dont les principales activités agricoles étaient la production de céréales et de légumes, l’élevage des vers à soie et la production d’indigo, une teinture naturelle extraite des feuilles de certaines plantes. Il n’y avait pas beaucoup de rizières, et seules quelques personnes élevaient du bétail et des chevaux.
Bien que relativement petit, le territoire de Chiaraijima était assez fertile et le village était un centre de transport pratique, accessible à la fois par la route et par voie fluviale. Fukaya-juku, par exemple, était un relais-étape le long du Nakasendô, l’une des cinq grandes routes établies par le shogunat des Tokugawa. Situé au carrefour de deux d’entre elles, le village était un point crucial pour le transport terrestre. En outre, la rivière Tone (la deuxième plus longue voie navigable du Japon) coulait tout près du lieu de naissance de Shibusawa et la zone riveraine de Nakaze était toujours très fréquentée. Depuis Chiaraijima, il était théoriquement possible de rejoindre directement Edo en une journée, sans compter les arrêts pour les opérations de fret en cours de route.
La majorité des familles paysannes ne possédaient que de petites parcelles, mais à partir des années 1730-40, certaines d’entre elles ont commencé à accumuler des terres et des ressources jusqu’à ce que, vers le milieu du XIXe siècle, les Shibusawa s’imposent comme la famille la plus riche du village.
Après la Seconde Guerre mondiale, Fukaya a été élevé au rang de ville et a fusionné avec plusieurs villages voisins, et compte aujourd’hui une population d’environ 140 000 habitants. Son économie est dominée par l’agriculture, le fukaya negi (poireau local) et les tulipes étant ses cultures les plus célèbres. En fait, la ville est le premier producteur d’oignons verts du Japon et le vingtième producteur agricole du pays, selon les données du ministère de l’Agriculture, des Forêts et de la Pêche.
Fukaya est normalement un endroit très calme, mais la ville a connu un regain d’intérêt après la décision d’utiliser l’effigie de Shibusawa Eiichi pour orner le nouveau billet de 10 000 yens en circulation à partir de 2024. Comme c’est souvent le cas au Japon, les gens ont afflué dans cet endroit reculé, et les entreprises locales ont essayé de tirer le meilleur parti de cette chance. Il n’est guère possible de tourner le coin de la rue sans trouver un portrait en carton grandeur nature de l’entrepreneur, et des boutiques de souvenirs sont apparues un peu partout pour vendre des t-shirts, des timbres et des serviettes conçues pour ressembler à des billets de banque.
Une visite des lieux liés à Shibusawa devrait commencer à la gare de Fukaya. Lorsque vous quittez le bâtiment, regardez derrière vous et vous serez pardonné de penser que vous n’avez jamais quitté Tôkyô. En effet, la structure rénovée actuelle a été modelée sur le célèbre bâtiment de la gare centrale en briques rouges de la capitale, ce qui rappelle que ces briques ont été fabriquées par la société locale Nippon Brick Manufacturing Co., Ltd. Le bâtiment de la gare lui-même est plus modeste, et des tuiles ressemblant à des briques ont été collées sur le côté du mur en béton au lieu d’être réelles. La façade n’en est pas moins impressionnante.

Les visiteurs sont accueillis par un robot plus vrai que nature. / Eric Rechsteiner pour Zoom Japon


La brique et le train sont des thèmes récurrents dans la vie de Shibusawa, car le magnat a beaucoup investi dans ces deux domaines. L’ancienne brasserie de saké Nanatsuume, située à quelques pas de la gare, est un exemple rare d’architecture en brique de l’ère Meiji (1868-1912). Fondée en 1694 par un marchand appelé Tanaka Tôzaemon, elle était à l’époque l’une des deux principales brasseries de la région. Depuis sa fermeture en 2004, elle est gérée par une association locale chargée de sa préservation, de son fonctionnement et de sa gestion.
Fukaya était populaire à l’époque d’Edo en tant que relais-poste le long de la Nakasendô, et sa principale rue commerçante a continué à prospérer jusqu’à l’après-guerre. Cependant, le quartier central de la ville est en déclin depuis l’ouverture d’un grand centre commercial dans la ville nouvelle voisine de Kamishiba. Pour le revitaliser, une association a été créée, et l’ancienne brasserie de saké Nanatsuume est devenue sa pièce maîtresse.
Parmi les nombreux bâtiments encore debout sur le site de trois mille mètres carrés (dont un entrepôt en bois, un moulin à riz en brique et une cheminée en brique), le plus ancien remonte à la fin de la période Edo tandis que le plus récent a été construit en 1933. Plusieurs magasins ont été ouverts, parmi lesquels une librairie d’occasion, quelques galeries d’art et des restaurants, et même un mini-cinéma géré par une association locale à but non lucratif, tandis que l’ensemble du site est souvent utilisé comme lieu de tournage de drames d’époque.
En marchant vers le nord, vers l’endroit où Shibusawa Eiichi est né et a grandi, nous arrivons dans un lieu récemment ouvert, le Taiga Dorama Hall (voir pp. 10-11). Les “séries fleuves” sont des drames historiques que la chaîne publique NHK produit chaque année depuis 1963. Il s’agit de productions ambitieuses qui s’étalent sur une année et qui sont généralement considérées comme des séries télévisées prestigieuses. Toutefois, leur audience a considérablement baissé ces dernières années, car elles s’adressent principalement à des téléspectateurs d’âge moyen ou plus âgés, ce qui rend l’énorme succès du feuilleton de cette année sur l’entrepreneur encore plus surprenant.
L’intérieur de la salle – sol en terre battue, cuisine et salle recouverte de tatamis – a été aménagé de manière à reproduire une ferme typique de la fin de l’ère Edo et du début de l’ère Meiji, telle qu’elle apparaît dans la série télévisée, et il y a également une pièce au deuxième étage où les bombyx de mûrier (utilisés pour la soie) étaient conservés. La famille Shibusawa utilisait des feuilles d’indigo pour fabriquer les aidama (boules d’indigo) utilisées pour la teinture, et le processus de production est expliqué dans une vidéo. On y trouve également des costumes et des accessoires utilisés pendant le tournage de la série, ainsi que des autographes d’une trentaine de ses interprètes.
La région où Shibusawa Eiichi a grandi se trouve à environ sept kilomètres au nord de la gare de Fukaya. Nous arrivons d’abord à la résidence d’Odaka Atsutada. Ce cousin plus âgé fut le premier professeur du futur entrepreneur. Il est devenu un adepte de la philosophie xénophobe sonnô jôi (révérer l’empereur, expulser les barbares) et a influencé les premières idées politiques du jeune homme. Shibusawa épousa plus tard Chiyo, la sœur d’Odaka, et adopta son jeune frère, tandis qu’Odaka devint le premier directeur de la fabrique de soie de Tomioka, aujourd’hui classée au patrimoine mondial de l’Unesco (voir Zoom Japon n°55, novembre 2015). Une courte promenade nous mène ensuite à la pièce maîtresse de cette visite : le musée commémoratif Shibusawa Eiichi. Il existe en fait deux musées commémoratifs consacrés à sa vie et à son œuvre (l’autre se trouve à Tôkyô), mais celui-ci est le plus grand. Habituellement, peu de gens s’aventurent aussi loin, mais l’annonce d’un billet de 10 000 yens et le succès du Taiga dorama consacré au personnage ont éveillé la curiosité de la nation et le nombre de visiteurs au cours du premier mois suivant l’annonce a dépassé le total de l’année précédente.
Avant d’entrer dans le musée, arrêtons-nous pour admirer la grande statue de Shibusawa sur le côté nord du bâtiment. L’homme lui-même ne mesurait qu’environ 1,50 m, mais la statue – qui, à première vue, ressemble vaguement à un Mao Zedong à l’air triste – atteint les cinq mètres.
Si l’homme intéresse plus de gens que jamais, beaucoup d’entre eux en savent encore très peu sur ses réalisations. Un conservateur est donc présent dans la salle d’exposition pour guider les visiteurs. Un élément particulièrement curieux est une liste inspirée du banzuke utilisé pour classer les lutteurs de sumo. En y regardant de plus près, on s’aperçoit que les personnes classées sur cette liste ne sont pas des lutteurs mais des cultivateurs de teinture indigo. Ce banzuke a été conçu par Shibusawa en 1862, alors qu’il avait 22 ans, et est une indication des idées novatrices qu’il emploiera plus tard en tant qu’entrepreneur. Selon le conservateur du musée, Shibusawa Eiichi lui-même faisait office de juge, classant les agriculteurs en fonction de la qualité de leur indigo. Ce système poussait les agriculteurs à améliorer la qualité et le volume de leur prochaine récolte afin d’améliorer leur classement. Un autre objet intéressant exposé est le shintaku (Oracle), un document rédigé par son cousin, Odaka Atsutada. Fondé sur la philosophie politique extrémiste du sonnô jôi, il s’agit d’un appel à l’action visant à expulser les étrangers du Japon. Le musée présente également de nombreuses photos d’entreprises que le personnage a contribué à créer, ainsi que des activités d’aide sociale et de liaison internationale auxquelles il a participé.
Aujourd’hui, cependant, la principale attraction du musée est l’androïde humanoïde de Shibusawa Eiichi installé dans la salle de conférences du deuxième étage. Dévoilé l’année dernière, il s’agit d’une réplique debout grandeur nature de l’entrepreneur, âgé de 70 ans, habillé en vêtements occidentaux, et donnant des conférences de vingt minutes, notamment sur “l’Union de la moralité de l’économie”. Sa voix artificielle est basée sur des enregistrements de sa voix, tandis que le robot lui-même a été fabriqué par la société A-Lab Co. sous la supervision d’Ishiguro Hiroshi, professeur à l’université d’Ôsaka, qui avait déjà créé l’androïde du célèbre romancier Natsume Sôseki. Le coût total de cette attraction s’est élevé à environ cent millions de yens (plus de 760 000 €), comprenant un deuxième androïde de Shibusawa qui accueille les visiteurs dans la maison voisine de Nakanchi, où l’industriel a grandi. Ce deuxième robot incarne l’entrepreneur à l’âge de 80 ans et a pris ses quartiers en février dernier afin que sa première apparition publique coïncide avec le début de la série télévisée de la NHK consacrée à sa vie.

Depuis le début de l’année 2021, la ville de Fukaya a vu son nombre de visiteurs fortement augmenter. / Eric Rechsteiner pour Zoom Japon


A la différence de l’androïde conférencier du musée, celui-ci est assis et porte un hakama, un kimono traditionnel masculin. Il est exposé dans une pièce en tatamis à l’arrière du bâtiment principal de Nakanchi, où il avait l’habitude de séjourner lorsqu’il visitait sa ville natale dans ses dernières années. L’androïde bouge légèrement son visage et d’autres parties de son corps, accueillant les visiteurs qui arrivent de la cour.
La famille Shibusawa, qui était présente dans le village de Chiaraijima depuis sa fondation, s’était divisée en une douzaine de branches, et Eiichi est né dans la branche la plus ancienne et la plus importante, dans ce qu’on appelle le Nakanchi (maison centrale). Pendant la période Edo, c’était l’une des plus petites fermes du village, mais sa fortune est venue grâce à la fabrication de boules d’indigo (aidama), devenant ainsi la deuxième famille la plus riche du village après les Higashinchi qui possédaient la plus grande quantité de terres. Le père d’Eiichi est en fait né dans cette dernière branche et a ensuite été adopté par la branche principale lorsqu’il a épousé une des filles.
La version actuelle du Nakanchi a été construite par la sœur cadette d’Eiichi et son mari en 1895 et a récemment subi un renforcement antisismique. On y accède par une impressionnante entrée principale dotée d’un portail couvert d’un yakuimon de bon augure, une caractéristique commune aux résidences de samouraïs. Cet étalage de glamour architectural a été rendu possible par le fait que, malgré leur activité principalement agricole, les Shibusawa étaient également des personnalités locales importantes et se voyaient donc accorder le myôji taitô (le droit de porter un nom de famille et de porter une épée), habituellement réservé à la classe des samouraïs. Alors que la plupart des agriculteurs locaux limitaient leur production aux produits de base, ils ont décidé de rompre avec les coutumes et ont lancé un nouveau type de commerce en achetant des feuilles d’indigo aux agriculteurs locaux, en les transformant en boules d’indigo avant de les commercialiser, contournant ainsi le monopole commercial des marchands d’Edo. Ils cultivaient également des vers à soie, et la magnifique maison principale à deux étages de Nakanchi possède un grand toit avec une ouverture typique des maisons des éleveurs de vers à soie.
Un bâtiment séparé, utilisé pour les ventes, se trouve toujours sur la vaste propriété, ainsi que quatre grands entrepôts, chacun aussi grand qu’une maison. Eiichi n’est pas la seule personne qui attire les visiteurs dans ce lieu : le jardin à l’arrière du Nakanchi possède un mémorial en l’honneur de son jeune cousin Heikurô, mort alors qu’il n’avait que 20 ans lors de la guerre de Boshin, un conflit entre les forces impériales et celles du shogunat qui s’est déroulée entre janvier 1868 et juin 1869. Heikurô fait partie d’une poignée d’hommes qui, ces dernières années, ont rassemblé des fidèles parmi les rekijo (femmes passionnées d’histoire) qui se rendent en pèlerinage au jardin Nakanchi pour leur rendre hommage.
Il y a d’autres endroits qui valent le détour à Fukaya, mais il vaut mieux les visiter en voiture. A environ quatre kilomètres de la gare, par exemple, se trouve le site de la Nippon Brick Manufacturing Co., Ltd. et son four circulaire Hoffman n°6, où les célèbres briques locales étaient fabriquées. Vers 1886, le gouvernement a commencé à promouvoir les bâtiments en briques de style occidental pour ses bureaux et le développement ferroviaire autour de Hibiya, dans le centre de Tôkyô. Shibusawa Eiichi a été consulté à ce sujet et a décidé de construire une briqueterie dans sa ville natale, car elle était riche en argile de haute qualité convenant à la fabrication de briques.
L’installation a été achevée en 1888 et comptait six fours à son apogée. Aujourd’hui, il ne reste que le four n°6 (l’un des quatre fours de ce type encore debout au Japon), mais il est ouvert au public. Son bâtiment en briques mesure 56,5 m de long, 20 m de large et 3,3 m de haut.
Notre voyage à Fukaya se termine par la visite de deux biens culturels importants, Seishidô et Seifûtei, qui sont liés au travail de Shibusawa à la First Bank, l’institution financière qu’il a aidée à créer et dont il a été le premier président. Ces deux bâtiments ont été construits à l’origine dans le quartier de Setagaya à Tôkyô, dans les locaux du Seiwaen (le centre de loisirs de la First Bank) et étaient utilisés pour des réunions et autres événements. Ils ont ensuite été transférés à Fukaya lorsque le Seiwaen a été démoli. Aujourd’hui, les deux bâtiments sont situés côte à côte sur le terrain du centre communautaire Ôyori.
Le plus ancien, Seishidô, a été construit en 1916 pour commémorer le 77e anniversaire de l’entrepreneur. Il s’agit d’une maison de campagne de style britannique construite avec les briques de la Nippon Brick Manufacturing Co. Ltd. et conçue par Tanabe Junkichi, considéré aujourd’hui comme un maître de l’architecture de l’ère Taishô (1912-1925). Seifûtei, quant à lui, a été bâti en 1926 par Nishimura Yoshitoki, un architecte spécialisé dans l’architecture bancaire (il a également conçu le nouveau siège de la First Bank à Tôkyô).
Construit dans le style espagnol-européen du sud qui était populaire à l’époque, il présente un toit de tuiles, une véranda à cinq arches, des colonnes décoratives et des baies vitrées. Alors que le Seishidô est en briques, le Seifûtei est un exemple précoce d’architecture en béton armé. Après que le grand tremblement de terre du Kantô a détruit la majeure partie du centre de la capitale en 1923 (y compris ses bâtiments en briques), l’intérêt pour la résistance aux tremblements de terre a augmenté et les architectes japonais ont adopté le béton armé comme option la plus sûre.
Le Seifûtei a été construit pour célébrer le 70e anniversaire de Sasaki Yûnosuke, qui était le deuxième président de la First Bank, et comme dans le cas du Seishidô, les coûts de construction ont été payés par les employés de la banque, un signe clair que les salariés du secteur étaient beaucoup plus riches à l’époque qu’aujourd’hui.
Le Japon est tristement célèbre pour se débarrasser de vieux bâtiments qui, dans d’autres pays, seraient considérés comme des biens culturels importants. A cet égard, les autorités locales de Fukaya doivent être félicitées d’avoir revitalisé la ville en préservant ses constructions historiques.
G. S.