Un très bon filon

L’Archipel comme vous ne l’avez jamais
vu grâce aux documentaires de la Maison de la culture du Japon à Paris.

Que celles et ceux qui se lamentent de ne pas voir assez de films japonais se rassurent. Les prochaines semaines vont être chargées. Les amateurs du 7e Art nippon seront notamment servis par le Festival Paris Cinéma (3-13 juillet). En attendant, il faut saluer les efforts de la Maison de la culture du Japon à Paris (MCJP) qui projette tous les samedis jusqu’au 10 juillet des documentaires sur le pays du Soleil-levant. Ces projections hebdomadaires baptisées justement Cinéma-Rencontre contribuent à offrir au public des regards variés sur la société nippone et ses habitants. C’est ainsi que l’on pourra apprécier le travail audacieux de Sôda Hirokazu qui a planté sa caméra au milieu de personnes souffrant de troubles mentaux mais en milieu ouvert pour montrer comment vivent ceux que les Japonais veulent mettre de côté. Mental (10 juillet à 17h) est une belle leçon d’éducation civique tandis que La Voie de l’encre (12 juin et 3 juillet à 19h) de Pamela Valente et Pascal Bagot plonge le spectateur dans l’univers méconnu du tatouage (irezumi), source de bien des fantasmes. Et s’il ne fallait qu’en choisir un seul parmi tous les films présentés à la MCJP, Goendama (5 et 19 juin à 18h) d’Eguchi Masayasu serait sans doute celui-là. Une œuvre touchante narrant la rencontre entre le violoncelliste Eric-Maria Couturier et Yamada Izumi, une enseignante atteinte d’un cancer. La musique comme thérapie dans un film bouleversant qui vaut bien qu’on lui réserve une fin d’après-midi en juin.
Odaira Namihei

Pratique :
101 bis, quai Branly 75015 Paris.
Tél. 01 44 37 95 01 – www.mcjp.fr