C’est l’heure des « kaimono »

A compter de ce numéro, nous entamons la publication d’une nouvelle série signée Maeda Haruyo.

supermarche-kaimono-japon

Chaque jour, je fais les courses (kaimono) pour préparer le repas. J’aime beaucoup cuisiner. Tout d’abord, je décide ce que je vais confectionner pour le dîner. Pour bien nourrir ma famille (mon mari, mon fils de 18 ans, ma fille de 16 ans, mon fils de 10 ans, mon petit chien de 5 ans et moi-même), la quantité est, bien entendu, un élément important.
Voici un exemple de ce que je peux préparer pour le dîner d’un soir :
– Plat principal : Tonkatsu (Tranche d’épaule de porc pané et frit).
– Garniture pour le plat principal : choux émincé finement et pommes de terre.
– Accompagnement : Daikon no nimono (Ragoût de navet japonais).
– Accompagnement : Sandomame no gomaae (Salade de haricots verts au sésame).
– Accompagnement : Hijiki no nimono (algue hijiki mijoté).
– Soupe : Miso shiru (soupe miso).
– Riz nature.
Si je ne fais pas attention, la confection d’un dîner comme celui-là peut me revenir à  2 500 yens. Mais si je choisis les ingrédients en promotion, je peux m’en sortir pour environ 1 500 yens. Les prix des produits frais varient d’un jour à l’autre. Voilà pourquoi j’ai décidé de ne plus planifier à l’avance mes menus, mais de voir au jour le jour.
La première chose que je fais avant de partir faire les courses, je jette un œil sur les chirashi (prospectus souvent distribués avec les journaux). Je me rends tous les jours dans deux supermarchés, chez le marchand de primeurs, chez le poissonnier qui vend aussi des légumes et chez le boucher.
– Le supermarché Mandai. C’est un petit supermarché avec deux boutiques séparées par une rue. Les clients peuvent circuler entre les deux avec leur caddie. Ce supermarché vend des produits 3-5 % moins cher par rapport aux autres supermarchés du quartier. C’est ce qui explique pourquoi il est très achalandé.
– Le supermarché Kansai Super. Il s’agit d’un supermarché régional. Il dispose d’une offre beaucoup plus importante que Mandai, mais il est un peu plus cher. Chaque lundi, il y propose une promo de  moins 5 % sur tous les achats.
– Le marchand de primeurs Ganbarô Yasai. C’est un tout petit magasin, mais il y a toujours des légumes et des fruits de saison.
– Le poissonnier Gyokôkan. Dans cette petite boutique, on peut acheter des poissons de saison à des prix abordables. Le vendeur connaît bien les produits. Je lui demande souvent des conseils pour préparer les poissons.
– La boucherie Yamashige est un tout petit magasin. On peut y acheter du bœuf, du porc et du poulet. La cuisse et le suprême de poulet ainsi que la viande hachée sont les moins chers du quartier.
Je prends mon vélo pour faire les courses. Il est équipé de deux paniers pour bien répartir mes achats. Il y a des housses sur chaque panier. Je peux donc laisser mes courses dedans quand je me rends dans un autre magasin. Au début, j’hésitais beaucoup à le faire après mon long séjour en France.  Mais ici, il n’y a personne pour voler mes courses ! Le Japon est vraiment un pays où l’on se sent en sécurité.
Maeda Haruyo