Onomichi fait le dos rond

Pour attirer les touristes, les responsables de la ville ont fait appel à Lala pour la leur faire découvrir sous un angle original.

chat-onomichi-japon-2

chat-onomichi-japon-1
En à peine 15 jours d’existence, la carte interactive a attiré plus de 1,7 million de curieux.

La petite cité portuaire d’Onomichi (voir Zoom Japon n°27, février 2013), située à 70 km à l’est de Hiroshima, est depuis longtemps célèbre pour ses chats. On la présente souvent comme “la ville des chats et des collines”. Les chats sont partout. Un charmant endroit connu pour ses petits cafés intimes et ses galeries d’art est même connu sous le nom d’Allée des chats en raison de la présence des félins qui aiment s’y prélasser. Onomichi dispose également d’un musée consacré au Maneki-Neko, ces figurines en forme de chat assis levant la patte qui sont censées apporter la bonne fortune et la richesse.
Aussi l’idée des responsables de la division touristique à la préfecture de Hiroshima de lancer une carte interactive de la ville (http://hiroshima-welcome.jp/kanpai/catstreetview) à partir de la vision dont pouvait en avoir un chat n’était-elle pas si farfelue. Imaginée pour attirer les touristes, elle connaît un succès incroyable puisqu’elle a enregistré plus de 1,7 million de visites au cours des deux premières semaines qui ont suivi son lancement. Une réussite qui lui a valu d’être mentionnée dans de nombreux médias du monde entier comme CNN, le Huffington Post, le Wall Street Journal et Business Insider.
“Nous ne nous attendions pas à l’engouement des médias étrangers, confie Awane Maiko qui représente la division touristique préfectorale. Notre objectif était de présenter les destinations touristiques de la préfecture de Hiroshima à partir d’une perspective légèrement différente. Nous avons décidé d’introduire ces endroits du point de vue d’un chat car ils sont généralement bien familiarisés avec ces lieux”. La ville est présentée à travers les yeux verts de Lala, un petit chat adorable qui a été nommé directeur en charge du tourisme dans les ruelles. Pour reproduire le point de vue de l’œil du chat, les cartographes ont utilisé une caméra à 360 degrés semblable à celles utilisées par Google pour ses cartes, sauf que la caméra à Onomichi a été fixée sur un bâton qu’on a déplacé à 20 cm du sol pour figurer le déplacement d’un chat.
Vous trouverez des caractéristiques similaires à celles utilisées sur d’autres cartes interactives disponibles sur Internet, tels que les boutiques et les données sur la vie locale, mais le tout étant perçu par les yeux d’un chat. Lala fournit obligeamment quelques commentaires de chat sur les attractions touristiques de son choix le long du chemin. La carte présente également d’autres chats avec des informations sur leurs origines. Même si vous n’êtes pas amateur de chats, il est tout de même intéressant de découvrir la cité à partir d’un angle aussi inhabituel. Il y a quelque chose d’irrésistiblement séduisant de montrer certains recoins que nous, humains, pris dans notre quotidien à 100 à l’heure, négligeons la plupart du temps. Cela procure une perspective originale sur le monde qui nous entoure. En résumé, Lala est une invitation à faire du tourisme à petite vitesse.
Pour l’instant, la carte, dont le nom officiel est Cat Street View, n’est disponible qu’en japonais, ce qui rend son succès encore plus remarquable, mais l’intérêt suscité à travers le monde incite désormais les autorités à revoir leur plan. “Nous allons certainement mettre en place une version anglaise à l’avenir”, assure Awane Maiko. La carte ne couvre que quelques rues, à partir de Onomichi Hondôri, mais l’Office du tourisme prévoit de commencer à élargir la zone couverte à d’autres rues et ruelles dès le mois d’octobre, dans l’espoir d’attirer de plus en plus de touristes et d’amoureux des chats. La longue histoire entre Onomichi et les chats a bien sûr inspiré les promoteurs du projet, mais Awane Maiko admet que le récent engouement pour des jeux vidéo consacrés aux chats comme Neko-atsume a aussi eu une influence. “Nous avons aussi été inspirés par Neko-atsume, les cafés à chats, le succès des albums de photos consacrés aux félins”, explique-t-elle.
Elle confirme également le projet d’étendre l’expérience à d’autres villes de la région. Après tout, la pêche est une activité importante dans les cités de la côte, avec de nombreuses îles brumeuses. Vous trouvez donc partout une population de chats ravis de vivre dans cet environnement fait pour eux. La carte interactive d’Onomichi fait partie de la campagne Kanpai Hiroshima : Regardez ! Mangez ! Buvez ! qui a été lancée en juin dernier. “Le guide que nous avons publié pour l’occasion est devenu un must”, affirme Awane Maiko. “Nous allons bientôt en offrir une version numérique”. Avec le succès inattendu du projet Cat Street View, Hiroshima pourrait bien devenir le prochain point chaud de Cool Japan.
Steve John Powell