La Maison de Hana baisse le rideau

Après plus de cinq années de bons et loyaux services, le café communautaire a fermé. L’occasion de lui rendre un bel hommage.

Construite grâce à l’aide de L’Oréal Japon, la Maison de Hana a été un espace de vie très apprécié.
Construite grâce à l’aide de L’Oréal Japon, la Maison de Hana a été un espace de vie très apprécié. © Hibi Shimbun

Fin septembre, nous avons assisté à la fermeture de La Maison de Hana, le café communautaire où se réunissaient, après le séisme du 2011, les habitants du quartier de Kazuma-minami, à l’est de la ville d’Ishinomaki. Après la catastrophe, les lieux de réunion y avaient disparu et cet établissement avait été implanté dès le début de la reconstruction. Le 24 septembre dernier, une ultime manifestation pour dire “Merci à la Maison de Hana” a été organisée. De nombreux participants à ce projet ainsi que des habitants du coin sont venus exprimer leur gratitude à ce lieu où ils ont pu venir trouver un peu de quiétude et de réconfort.
La Maison de Hana a été conçue comme un lieu de réunion afin que les habitants du quartier puissent venir “discuter ensemble de tout et de rien” et “se distraire en papotant”. Son nom “hana” vient du verbe “hanasu” qui signifie “parler” en japonais, mais sa prononciation est la même que le mot “fleur”. Elle a été construite en novembre 2011 comme un des lieux centraux du quartier de Kazuma-minami, entièrement dévasté par le tsunami, grâce à l’aide de la société de cosmétiques L’Oréal Japon dont le siège social se trouve à Tôkyô. Elle a loué le terrain et bâti cet établissement d’une surface totale d’environ 80 mètres carrés. Dans un premier temps, la gestion a été assurée par l’organisation internationale à but non lucratif : JEN, laquelle a soutenu plusieurs projets de reconstruction à Ishinomaki jusqu’en 2013, puis par une autre association locale : le Centre d’aide au développement du sport à Ishinomaki. Après maintes discussions au sein d’un comité constitué par les habitants du quartier, la Maison de Hana s’est imposée comme un centre d’animation important pour le quartier grâce à l’organisation de nombreux événements en tout genre.
Initialement, ce café ne devait avoir une durée de vie que de deux ans et cinq mois. Mais à la demande des habitants, le bail a été renouvelé tous les ans. Mais cinq ans après le séisme, la reconstruction des autres établissements étant bien avancée, et la prolongation du contrat touchant à sa fin, la Maison de Hana a dû fermer ses portes.

La fête d’adieu s’est achevée par un grand banquet auquel de nombreux habitants ont participé. ©Ishinomaki Hibi Shimbun
La fête d’adieu s’est achevée par un grand banquet auquel de nombreux habitants ont participé. ©Ishinomaki Hibi Shimbun

A l’occasion de la fermeture, un dernier événement y a été organisé sous la bannière “Merci à la Maison de Hana”. De nombreuses personnes, en particulier les plus âgées, sont arrivées bien avant l’heure, démontrant ainsi leur désir de lui rendre hommage. Lors de la cérémonie, quelques participants au projet ont pris la parole comme le président par intérim du Centre d’aide au développement du sport à Ishinomaki, Matsumura Yoshiyuki. “Si l’administration de cet endroit a été possible, c’est grâce au soutien de vous tous. Cela nous fait plaisir d’avoir participé au développement de notre communauté et de vous avoir donné plus d’énergie pour vivre”, a-t-il notamment déclaré. Quant à la vice-présidente de L’Oréal Japon, venue spécialement de Tôkyô, Imura Maki, elle a remercié tous ceux qui avaient fait vivre la Maison de Hana. “A vos côtés, nous avons appris beaucoup de choses durant ces cinq années et cela nous a vraiment encouragés. Du fond du cœur, nous vous adressons un grand merci”, a-t-elle lancé au public.
A l’occasion de cette fermeture, un grand banquet a été organisé ainsi qu’un concours de karaoké, un genre d’événements régulièrement programmé à la Maison de Hana. Beaucoup de gens y ont participé et se sont remémorés ces cinq années passées ensemble.
Nishimura Shige, président de la communauté d’un des quartiers et ancien directeur du lieu, lui non plus, n’a pas caché son émotion. “C’est grâce à cette Maison de Hana que nous avons pu relever notre région, que les gens se sont entraidés et se sont redonnés de l’énergie. Cette fermeture est bien triste. Mais cela signifie aussi qu’un nouveau chapitre s’ouvre sur le chemin de la reconstruction”, a-t-il dit.
Pour clore l’événement, c’est sous le regard ému des habitants que l’enseigne “Maison de Hana” figurant à son entrée a été décrochée.
Ohmi Shun

Nous avons entamé depuis plusieurs mois la publication d’une série d’articles rédigés par l’équipe de l’Ishinomaki Hibi Shimbun dans le but d’informer les lecteurs sur la situation dans l’une des villes les plus sinistrées par le séisme du 11 mars  2011. Malgré ses difficultés, ce quotidien local continue à enquêter et à apporter chaque jour son lot d’informations. Si vous voulez le soutenir dans sa tâche, vous pouvez vous abonner à sa version électronique pour 1 000 yens (moins de 7 euros) par mois :
https://newsmediastand.com/nms/N0120.do?command=enter&mediaId=2301