Promotion : Un savoir-faire à défendre

Bien décidée à ne pas laisser disparaître une tradition de 1 300 ans, Tamagawa Yukie a décidé de relever le défi.

n’est pas aussi célèbre que d’autres préfectures japonaises, mais elle a beaucoup à offrir à ceux qui s’intéressent à la traditionnelle. En plus d’être le foyer du village historique de Shirakawagô inscrit au mondial de l’UNESCO, elle est également connue pour le Mino washi (un papier de haute qualité, mince et résistant utilisé pour faire des lanternes et des parasols) et la poterie mino-yaki.
Cette dernière est principalement produite à Tono (une région riche en argile et en rivières) qui fournit environ 50 % de la céramique émaillée fabriquée au Japon. En dépit de sa longue de près de 1 300 ans, l’industrie locale de la poterie (500 petites et moyennes entreprises employant environ 8 500 personnes) a été affaiblie au cours des 25 dernières années par l’importation de produits étrangers bon marché. Afin d’inverser cette et d’insuffler une nouvelle vie dans la région, Tamagawa Yukie, une jeune femme originaire de Mizunami, a lancé Proto-B, une agence de relations publiques.
“Le problème avec la poterie mino-yaki, c’est qu’elle n’a pas une image de marque visible”, explique-t-elle. “Tous les produits de la région sont achetés par d’autres sociétés et ensuite vendus ou utilisés sous leur propre nom comme les bols utilisés par la chaîne de restaurants Yoshinoya. Donc, peu de gens sont conscients que les produits en céramique qu’ils utilisent tous les jours viennent d’ici.” Le destin de l’industrie locale est un sujet qui la touche parce que son père dirige une usine de carrelage à Mizunami. “Au début des années 1990, il a ouvert son propre machikôba. C’était une période faste. Malheureusement, les choses ont changé depuis. Les ventes ont diminué des deux tiers en partie à cause de la concurrence étrangère. Maintenant, toutes ces usines, avec leur savoir-faire important et leur longue tradition de glaçage, sont menacées de fermeture. Plusieurs d’entre elles ont déjà disparu. Il s’agit de trouver des moyens de maintenir l’activité de celles qui restent malgré la tendance économique à la baisse.” Comme beaucoup d’autres préfectures, Gifu souffre du pouvoir d’attraction de Tôkyô. “Nous avons un besoin urgent de renforcer nos communautés locales et de trouver des façons d’arrêter l’hémorragie de jeunes talents et d’attirer de nouvelles familles”, explique Tamagawa Yukie. “Le problème est que la génération de mon père ne sait pas vraiment comment s’y prendre. C’est pourquoi des gens comme moi cherchent à trouver de nouveaux moyens pour rendre nos collectivités plus attrayantes. Le défi est de montrer aux gens des grandes villes qu’un mode de vie différent, plus humain et détendu est possible, dans des endroits où les valeurs traditionnelles et les relations humaines étroites sont toujours importantes.”

L’objectif de Tamagawa Yukie est de mieux faire connaître le savoir-faire des machikôba locales au Japon et dans le reste du monde. / Proto-B