Un jour à Katsushika…

“Attention danger !”, peut-on lire sur ce panneau qui s’adresse aux plus jeunes dans cet arrondissement où l’eau est omniprésente. / Eric Rechsteiner pour Zoom Japon

Dernier quartier vraiment ouvrier de la capitale, il a conservé en partie son atmosphère de l’immédiat après-guerre.

Tôkyô se tourne de plus en plus vers l’avenir et, oubliant ou même supprimant toute trace de son passé. Au cours des 70 dernières années, des politiques publiques peu éclairées et un développement urbain incontrôlé ont radicalement transformé l’apparence de la ville, effaçant de précieux souvenirs et transformant des lieux complexes et diversifiés en quartiers sans charme ni caractère. Heureusement, quelques endroits ont réussi à échapper partiellement à l’homogénéisation architecturale et culturelle et à préserver leur caractère d’origine. Katsushika situé à l’est de la capitale est de ceux-là.
Occupant les plaines à proximité des préfectures de Saitama et de Chiba, Katsushika fait partie du nouveau shitamachi (quartier ouvrier) dont la population a régulièrement augmenté au cours du siècle dernier. Il s’agit du neuvième quartier le plus peuplé de Tôkyô. Cependant, sa faible densité le classe seulement à la 18e place sur 23, ce qui en fait un endroit calme, rempli d’espaces verts, de voies navigables et de personnes âgées. En fait, avec un âge moyen de 45,7 ans, Katsushika est la seconde derrière Taitô en tant que quartier le plus âgé de la capitale.