Azabu dans la cour des grands

Implanté dans la Quartier Latin, ce restaurant haut de gamme réserve de bien agréables surprises.

restaurant-azabu

Lorsque l’on pénètre au 3 rue André Mazet, dans le restaurant tenu par Mme Nakamura Mami, on perçoit très vite une atmosphère chaleureuse, une envie de faire plaisir et de transporter, le temps d’un repas, les clients au Japon. Pour cela, rien n’a été laissé au hasard. Le décor rappelle celui des restaurants du quartier d’Azabu, à Tôkyô, notamment la salle au sous-sol constituée d’une immense table autour de laquelle on installe les clients qu’ils se connaissent ou non. Voilà pourquoi l’établissement porte le nom de cette partie de la capitale japonaise que l’on apprécie pour sa convivialité. Sa directrice en a fait sa ligne de conduite, reprenant, à sa façon, ce que sa mère avait initié il y a 30 ans dans un fameux restaurant japonais à Paris. “L’apprentissage n’a pas été facile”, convient Mme Nakamura, mais il était essentiel pour elle de parvenir à un résultat proche de la perfection pour comprendre et honorer le travail entamé par sa mère.  “J’ai voulu poursuivre son idée de créer une passerelle entre la France et le Japon”, ajoute-t-elle. Elle aurait pu le faire dans le quartier de l’Opéra, mais elle a préféré s’installer il y a près de 10 ans dans le 6ème arrondissement pour se prouver à elle-même qu’elle pouvait parvenir à son objectif sans pourtant être cuisinière. Elle a su s’entourer pour cela d’un excellent personnel qui place sa cuisine à un très haut niveau. Le jeune chef Hirosue Nobuyuki en est l’incarnation. Il exécute d’une main de maître des plats qui enchantent à la fois le regard et le palais. Les sushi ont été proscrits, car trop galvaudés de nos jours. La qualité des produits et leur fraîcheur figurent évidemment en tête des priorités de l’équipe dirigée par Mme Nakamura. Que ce soit le foie gras grillé et sa sauce au miel, le wagyû (bœuf japonais) au radis rapé sur un lit de légumes ou encore les racines de lotus au fromage et à l’ail, on comprend très vite que l’on se trouve devant une cuisine d’exception. Evidemment, cela a un prix. Nous sommes loin des prix pratiqués par les restaurants de râmen, mais cela vaut la peine d’essayer. Le midi, il y a des menus à partir de 19 euros, mais si l’on veut avoir une très bonne idée de la cuisine servie chez Azabu, il est conseillé de prendre le menu Obento (42 euros) avec 3 entrées, un plat et un dessert. Le soir, les menus débutent à 43 euros. Finalement, c’est beaucoup moins cher qu’un aller-retour Paris-Tôkyô !
Gabriel Bernard

Pratique pour s’y rendre :
3, rue André Mazet 75006 Paris.
Tél. 01 46 33 72 05 – 12h15-14h – 19h15-22h15.
Fermé le dimanche midi et lundi.