Impact : Attention fragiles !

Ônishi Ren, responsable de Moyai, sous un pont de Shinjuku où vivent de nombreux sans-abri. / Eric Rechsteiner pour Zoom Japon

Depuis le début de la pandémie,
la situation des plus démunis s’est détériorée. Moyai se mobilise et les aide.

Alors que les journaux et les chaînes de télévision recensent quotidiennement les personnes infectées ou qui succombent au coronavirus, beaucoup d’autres, du fait de la maladie, perdent leur gagne-pain et n’ont pas d’endroit où vivre. L’une des organisations qui s’est retrouvée en première ligne pour venir en aide à ces personnes s’appelle Moyai. Cette association basée à Tôkyô se consacre à l’aide aux sans-abri et aux personnes défavorisées. Fondée en 2001, elle compte actuellement une centaine de membres, dont 10 salariés et 90 bénévoles, ce qui en fait l’une des plus importantes de la capitale.
“Notre objectif consiste à tenter de répondre à la double conséquence liée à la pauvreté, à savoir la détresse financière et l’isolement social, en fournissant des informations et des conseils, et en agissant comme garants auprès des propriétaires”, raconte Ônishi Ren, directeur de Moyai. Il appartient également à d’autres organisations comme Shinjuku Gohan Plus, une soupe populaire pour les sans-abri, et Inochi no Denwa, un groupe de prévention du suicide.