Culture pop : Un univers encore à conquérir

A la différence du vin ou encore du saké, la bière inspire peu les mangaka. Mais les choses évoluent.

Sur le papier, bière et culture pop forment un couple idéal. Après tout, le secteur de la bière est si varié qu’il ressemble quelque peu à l’univers complexe des mangas et des anime. Pourtant, jusqu’à récemment, les créateurs japonais ne se sont guère intéressés au sujet. Alors qu’on ne compte plus les mangas sur l’alimentation et la cuisine, et que le vin est devenu un sujet majeur des mangas (voir Zoom Japon n°95, novembre 2019), les histoires autour de la bière sont si peu nombreuses qu’on pourrait les compter sur les doigts d’une main. Néanmoins, quelques titres sont apparus ces dernières années, ce qui augure bien de l’avenir.
BAR remon hâto [Bar Lemon Heart] est sans doute le premier manga dans lequel la consommation de bière est au cœur de l’histoire principale. Créé en 1986 par Furuya Mitsutoshi, le manga se porte bien 35 ans plus tard, toujours écrite par le même mangaka âgé aujourd’hui de 84 ans. Pour être honnête, cette histoire évoque toutes sortes de boissons alcoolisées, y compris la bière. Elle est très simple : il s’agit des relations entre le propriétaire du bar et ses clients. Une grande partie de la conversation porte évidemment sur l’alcool, mais il y a bien plus que cela, car chaque épisode isolé se concentre sur un personnage différent – un client régulier ou un client occasionnel – qui vient au bar pour partager ses problèmes tout en buvant. A peu près au moment où BAR remon hâto est sorti, la “guerre des DRY” venait d’être lancée (voir pp. 6-8).
En faisant un bond jusqu’en 2020, la grande nouvelle concernant la bière et la culture pop vient de Mitaka, une ville de la banlieue ouest de Tôkyô, où se trouvent les studios de production d’anime I.G et OGA Brewing. Production I.G n’a guère besoin d’être présenté. Le studio est célèbre dans le monde entier, pour plusieurs films et séries télévisées, dont la franchise Ghost in the Shell. OGA Brewing est une microbrasserie qui, en plus de produire ses propres produits comme la Mitaka Pale Ale, la Mitaka Wheat Ale et la Kichijôji IPA, est toujours désireuse de s’associer à d’autres entreprises pour se distinguer.
Cette année, une nouvelle websérie d’anime intitulée Ghost in the Shell : SAC_2045 a fait ses débuts sur Netflix, et Production I.G a travaillé avec OGA Brewing pour créer deux IPA originales inspirées des thèmes de la série : H-Human et P-Posthuman. La bière et les cyborgs peuvent donner l’impression de former un drôle de couple, mais les fans de la saga de science-fiction cyberpunk se souviendront d’une scène dans le film original de 1995 d’Oshii Mamoru où le protagoniste, le major Kusanagi Motoko, et son chef, Aramaki Daisuke, discutent en sirotant une bière (une San Miguel Pale Pilsen des Philippines, au cas où vous vous poseriez la question). Cette scène et les tendances gourmandes de Production I.G. ont peut-être été à l’origine de cette collaboration. Les deux bières issues de ce partenariat ont été fabriquées en gardant à l’esprit la “connectivité et la déconnexion de l’axe entre humain et post-humain”, un thème que les fans de Ghost in the Shell connaissent déjà depuis longtemps. La première IPA, H-Human, est censée représenter l’esprit clair d’un corps entièrement humain et non cyborg. Du point de vue du goût, il s’agit d’une IPA classique qui fait un usage abondant de houblon savoureux et dont le goût harmonieux mêle une amertume et des notes vives d’agrumes. P-Posthuman, par contre, représente le cerveau chaotique et bruyant d’une personne comme le major Kusanagi, qui est constamment connecté au “Net”. Cette IPA sombre utilise de l’orge torréfiée pour faire ressortir une saveur complexe avec un arôme riche et profond de blé.
Pour revenir aux mangas, nous vous proposons quelques séries et épisodes uniques, encore peu nombreux mais en augmentation, qui ont pour sujet central la bière.

Koisuru kurafuto bîru Un amour de bière artisanale de Noda Ikuko (scénario) et TOA (dessin)
Considéré comme le premier essai en manga sur la bière artisanale, cette histoire est celle de Nijô Mugiho, une fille qui travaille dans un pub et qui pourtant déteste la bière. Un jour, un client régulier lui propose de goûter une bière artisanale et elle s’évanouit. Lorsqu’elle reprend conscience, elle se retrouve dans un monde différent où chaque style de bière a pris une forme humaine. Mugiho s’intéresse à la bière artisanale et commence à interagir avec chaque personnage. Les neuf styles de bière anthropomorphes sont expliqués de façon simple et compréhensible, tout en évoquant leurs origines, leur histoire, leurs méthodes de brassage et leurs caractéristiques. Il y a également une explication transversale des différences entre les styles fabriqués avec les mêmes ingrédients ou méthodes, comme la blanche et la Weizen, toutes deux à base de blé, ou les bières foncées comme la porter et la stout. Ce livre couvre principalement les marques étrangères.

Kohaku no yume de yoimashô [Enivrons-nous d’un rêve couleur d’ambre] (2019- ) de Murano Masoho (scénario) et Noda Yodoka (dessin)
Kanazaki Nana est une jeune fille qui travaille pour une société de publicité à Kyôto et qui est constamment frustrée par le fait qu’elle n’est pas autorisée à faire son travail comme elle le souhaite. Un jour, elle rencontre un propriétaire de magasin, Nonami Ryûichi, et un photographe, Ashikari Tetsuo, dans un izakaya (bistrot japonais), mais surtout, elle fait connaissance avec la bière artisanale. Cependant, contrairement aux autres mangas, l’histoire n’est pas une simple excuse pour parler de la bière. Certes, il contient de nombreuses informations sur la bière et des conseils pour l’associer avec la cuisine de Kyôto, mais l’amitié qui se noue entre Nana, Ryûichi et Tetsuo est tout aussi importante, sinon plus. Les trois personnages ont une réelle profondeur et leur vie intérieure ainsi que leurs interactions se développent lentement au fur et à mesure du déroulement de l’histoire. Comme le titre le suggère, l’amertume de leur travail se transforme en une bière bien équilibrée et de couleur ambrée. Au risque de trop s’attarder sur cette histoire, les auteurs semblent suggérer que la bière artisanale est destinée aux adultes et que l’amitié peut aider à guérir les problèmes liés au travail et, plus généralement, les difficultés de la vie. De plus, les trois amis ont des personnalités et des emplois différents et leurs relations créent quelque chose de nouveau, de la même manière que l’association de la bière et de la nourriture se mettent en valeur réciproquement et favorisent l’émergence d’un nouveau goût.

Manga de wakaru. Bîru ga 10bai oishiku naru chishiki Comprendre à travers le manga : un savoir qui rend la bière 10 fois plus savoureuse de Fujiwara Hiroyuki (scénario) et Issa (dessin)
Ce livre, écrit par le président de l’Association japonaise des journalistes spécialisés dans la bière, part du principe que la bière est bien plus importante que ce que la plupart des Japonais pensent généralement. Par exemple, une phrase que l’on entend souvent dans tous les restaurants de l’Archipel est “toriaezu, nama bîru” (une pression pour le moment). Dès que les gens s’assoient à leur table, avant même de jeter un coup d’œil au menu, ils demandent une bière pression qui est, sans aucun doute, une Pilsner bien fraîche. Fujiwara ne partage pas cet avis. Pour lui, cette phrase classique est la preuve que les gens prennent la bière à la légère et manquent d’imagination lorsqu’ils en commandent une.
Que savent réellement les Japonais de la bière ? Pas grand-chose, estime le journaliste. Il s’emploie alors à éduquer les lecteurs, grâce au manga, sur les joies de la consommation de bière, en se concentrant sur les types de bière artisanale qui sont à la mode en ce moment et sur la façon de profiter de chacune d’entre elles. En d’autres termes, la bière est peut-être une boisson très décontractée, mais cela ne veut pas dire qu’elle ne mérite pas notre attention. Voilà un livre amusant et intéressant que l’on veut partager avec d’autres amateurs de bière.

Neko to kamome no kurône / Kitsune to kuma no kurône [La couronne du chat et de la mouette / la couronne du renard et de l’ours] (2019- ) de Nakamura Tetsuya
Cette série est consacrée à la culture et à la fabrication de la bière en Allemagne. En effet, la couronne évoquée dans le titre est la belle couronne de mousse (krone en allemand) que vous obtenez lorsque vous remplissez un verre de bière à partir d’une position légèrement surélevée. Chaque volume présente des personnages différents, mais chacun d’entre eux travaille dans une boutique spécialisée dans la bière ou une brasserie. Le protagoniste de la première histoire, par exemple, est un apprenti à la brasserie Dachkammer, à Berlin.

Bakkatsu ! Bakushu Kassai [Bakkatsu ! A la santé des bières] (2019- ) de Haga Yui
Le titre est probablement une sorte de jeu de mots entre Bacchus, le dieu grec de l’alcool, et le terme japonais bakuhatsu qui signifie “explosion”. Quelle que soit sa signification, nous nous retrouvons toujours en territoire de bières et de jolies filles. Après tout, ces dernières sont la spécialité du mangaka Haga Yui. Cette histoire commence par la rencontre entre une fille qui ne s’intéresse presque pas à la bière et une autre – une serveuse de pub – dont la mission consiste à faire connaître la bonne bière, c’est-à-dire les bières étrangères et artisanales. Ce qui suit est un exemple typique du genre manga gastronomique avec beaucoup d’informations, lesquelles ont parfois tendance à submerger le lecteur. Néanmoins, si vous êtes un fan du style “kawaii” (mignon) de haute qualité et si la bière vous intéresse, ce manga est peut-être celui qu’il vous faut.


Yorimichi Êru [Yorimichi’s Ale] (2020- ) de Atsumori Ran
Voilà quelque chose de complètement différent, les protagonistes de ce manga sont deux types : le personnage principal Yorimichi est un ancien cinéaste dans la cinquantaine, tandis qu’Alan Fujita est un jeune et bel acteur à moitié japonais. Le plaisir secret de Yorimichi est… la bière, bien sûr. Sa femme ne partage pas sa passion. Il se lie alors d’amitié avec Alan et ils partent poursuivre leur passion enivrante. Ce qui suit est une histoire de copain où les deux hommes développent une sorte de relation père-fils alimentée par leur amour pour la bière artisanale.

Gianni Simone