Promotion : Un savoir-faire à défendre

“La plupart des propriétaires de machikôba à Mizunami sont des artisans qui dirigent leur propre petite entreprise. Les gens comme mon père sont des artisans avant tout. Ils connaissent leur métier, et savent faire de bons produits, mais ils ont encore beaucoup à apprendre en ce qui concerne la gestion d’entreprise. Ce n’est pas facile d’attirer de nouvelles personnes en provenance d’autres régions du Japon. Il faut être plus actif dans ce que l’on fait et s’assurer que le message atteint réellement la cible prévue. C’est pourquoi ils ont besoin d’un soutien extérieur, que ce soit le bureau préfectoral ou des agences de relations publiques comme la mienne”, explique-t-elle. Parmi les nouvelles façons de promouvoir les machikôba de Gifu, Tamagawa Yukie a récemment utilisé le financement participatif, un outil encore peu utilisé au Japon. Une autre de ses idées consiste à organiser une fois par an des visites des lieux de production. “Les visiteurs peuvent rencontrer les gens qui travaillent dans les machikôba et entendre directement les histoires qui entourent leurs produits. Ils peuvent aussi mettre la main à la pâte.”
Selon elle, afin d’affronter la concurrence, les décideurs locaux devraient s’efforcer de combiner les méthodes de production modernes avec le sens traditionnel de la beauté. “Dans le passé, il était difficile de contrôler la chaleur à l’intérieur du four et chaque carreau finissait par être légèrement différent. Aujourd’hui, au contraire, ils parviennent à contrôler tellement bien le processus que tous les produits se ressemblent. Je pense que l’imperfection à l’ancienne avait plus de charme et c’est ce que nous cherchons à recréer”, explique la jeune femme. L’un de ses objectifs futurs est de continuer à améliorer l’image des machikôba de Gifu à l’étranger. “Nous exportons déjà beaucoup de vaisselle de style occidental (par exemple des tasses à thé, des théières, etc.) vers l’Europe et les États-Unis. Mais nous devons faire mieux encore parce que le marché local est plutôt stagnant.”
J. D.