Justice : Rien ne va plus pour Mark Karpelès

Pour le patron français de la plateforme d’échange nippone de bitcoins Mt Gox, les jugements se ressemblent. Le 11 juin, La Haute Cour japonaise a confirmé qu’il était “coupable de manipulation de données électroniques mais pas de détournement de fonds”. En 2019, il avait été condamné à deux ans et six mois de prison avec un sursis de quatre ans. Mauvais point pour celui qui souhaite faire reconnaître son innocence.