Zom Japon abonnement magazine

« Culture Gate to Japan », des aéroports japonais s’associent à des artistes (1) : Naha et Chubu

Communiqué

Dans le cadre du projet « Culture Gate to Japan » lancé, en février 2021, par l’Agence pour les Affaires culturelles du gouvernement japonais, sept grands aéroports de l’Archipel ont invité des créateurs en arts visuels à réaliser et exposer des œuvres inspirées par la culture locale.
En dépit des restrictions liées à la crise sanitaire, ces œuvres illustrent les diverses entrées du pays en attendant le retour des touristes. Nous avons visité deux de ces expositions.


L’aéroport de Naha et la mémoire du Royaume des Ryûkyû

L’aéroport de Naha organise actuellement une exposition d’œuvres d’art basée sur l’histoire d’Okinawa et le thème de la mémoire. Okinawa a une longue histoire qui précède de loin son rattachement au Japon. Pendant quatre cent cinquante ans, l’archipel a été connu sous le nom de « royaume indépendant des Ryûkyû», et, à la différence de l’État japonais isolé, il était ouvert aux échanges avec la Chine, la Corée et l’Asie du Sud-Est, développant ainsi sa propre culture unique en tant que fusion de ces diverses traditions culturelles et religieuses. Aujourd’hui encore, la préfecture d’Okinawa est un coffre aux trésors d’objets multiculturels tels que des poteries coréennes, des teintures bingata d’Inde et d’Indonésie et des lions shisa d’inspiration chinoise qui protègent les maisons de tous les habitants de l’île contre les mauvais esprits.

Tenus traditionnels d’Okinawa (teintures bingata)

La première œuvre, Past and Present Chanpuru Hospitality, est une grande peinture murale qui met en valeur le patrimoine culturel des îles et leur importance en tant que destination touristique. Elle a été créée par nuQ, une animatrice et illustratrice connue pour sa sensibilité pop et son esthétique rétro. La fresque de 15 mètres de large est une explosion de couleurs, mettant en scène plusieurs personnes en costumes modernes et traditionnels naviguant sur la mer bleue en plus de certains des fameux plats d’Okinawa, dont une boule de riz aux œufs et au porc, un biscuit chinsuko, une tarte au beniimo (igname violette) et un gôya (melon amer). Ce dernier est également l’ingrédient principal du plat le plus connu d’Okinawa, le gôya chanpuru, qui est conçu en combinant une variété d’ingrédients disparates. De la même manière, la culture du chanpuru (mosaïque) est une combinaison de toutes les influences qui se sont historiquement mélangées dans la région, faisant de l’archipel un lieu si passionnant dont la société est basée sur l’acceptation et l’intégration culturelles.

Située dans une zone subtropicale entourée par la mer de Chine orientale à l’ouest, l’océan Pacifique à l’est et la mer des Philippines au sud, Okinawa est la préfecture la plus méridionale du Japon et possède une culture et des coutumes distinctes. Historiquement, le royaume des Ryûkyû a également été la première région « japonaise » visitée par le commodore Perry dans le cadre de sa mission d’ouverture du shogunat d’Edo au commerce extérieur. Certains de ces éléments sont également présents dans l’œuvre de nuQ, qui présente un sosie de Perry sur un bateau bananier et une autre figure pratiquant le karaté, un art martial qui s’est développé ici avant de s’étendre au reste du Japon et au monde entier. Tous ces symboles culturels et culinaires relient l’ancien royaume à la préfecture de l’ère moderne.

La fresque de nuQ est dominée par une reproduction géante de Shurijô, le majestueux château qui, entre 1429 et 1879, était la résidence du roi Ryûkyû. Le château de Shurijô est également le sujet principal de Portrait, Paysage, la deuxième œuvre exposée à l’aéroport de Naha. Il s’agit de la création de HIGA Satoru, un artiste visuel et programmeur d’Okinawa, qui utilise des ordinateurs et des techniques aussi sophistiquées que le graphisme 3D en temps réel et la vision par ordinateur comme outils pour créer de nouvelles formes d’expression.

Le château de Shurijô, temoin du Royaume de Ryûkyû

Dans ce cas particulier, le travail de HIGA peut également être considéré comme un hommage à un bien culturel exceptionnel (les sites de Gusuku et les biens connexes sont inscrits au patrimoine mondial), une icône de l’histoire des Ryûkyû qui a été en grande partie détruite par un incendie en 2019.

L’installation vidéo est répartie sur trois moniteurs verticaux situés devant les immenses fenêtres de l’aéroport, et les scènes de départ de la mer et du ciel sont conçues pour se fondre dans le paysage naturel en arrière-plan. Elle se déplace progressivement vers Seiden, le hall principal du château de Shurijô, et culmine, par de multiples transformations visuelles, dans un espace hypnotique exprimant le monde spirituel du niraikanai, l’endroit où les dieux des Ryûkyû résideraient. Il est intéressant de noter que la vidéo est liée à la position de la tête du spectateur et change en fonction de ses mouvements pour offrir une expérience immersive.

Créateur HIGA Satoru devant son œuvre Portrait, Landscape

Le château de Shurijô était autrefois le cœur de la politique, de la diplomatie et de la culture du royaume des Ryûkyû, et même aujourd’hui, ses vestiges préservent la mémoire du passé. Il est situé sur un site où, selon le feng shui (géomancie traditionnelle chinoise qui prétend utiliser les forces énergétiques pour harmoniser les individus avec leur environnement), une grande quantité de force vitale s’accumule. À cet égard, l’œuvre de HIGA relie de manière fluide de multiples scènes symboliques pour exprimer le « flux des marées passagères » que l’artiste a ressenti lors de son voyage à travers Okinawa. En fin de compte, Portrait, Paysage est une célébration de l’esprit traditionnel d’Okinawa, et son portrait en 3D parvient à rendre à ce magnifique château sa gloire d’antan sous forme numérique.

nuQ et HIGA ont tous deux créé des œuvres visuelles étonnantes qui relient les souvenirs du royaume historique des Ryûkyû, baigné de soleil et de couleurs, au monde moderne.

Des traces de ce royaume historique subsistent à ce jour et attendent d’être découvertes par les voyageurs curieux et les amoureux de la nature et de la gastronomie.

Voir l’exposition « MEMORY » en ligne :
https://culture-gate.jp/exhibition/memory

Sites touristiques


L’aéroport international de Chubu au cœur de l’histoire des samouraïs et des ninjas

L’aéroport international Chubu Centrair dessert la région de Chûbu au Japon, au cœur de laquelle se trouve Nagoya, la quatrième ville du pays. Pendant la période tumultueuse des Sengoku (époque des provinces en guerre) du Japon, entre la fin du XVe et la fin du XVIe siècle, la région a abrité certains des plus célèbres seigneurs féodaux ayant jamais vécu – ODA Nobunaga, TOYOTOMI Hideyoshi et TOKUGAWA Ieyasu –, qui ont réussi à vaincre leurs rivaux et à unifier progressivement le pays. En conséquence, le thème de l’exposition présentée à l’aéroport international de Chûbu est MOTION, car les œuvres exposées ont été inspirées par les développements politiques de la période Sengoku et le rôle joué par les anciens samouraïs et guerriers ninjas du Japon.

Château de Nagoya construit sur ordre du shogun TOKUGAWA Ieyasu

Cette région est célèbre pour ses nombreux anciens châteaux et champs de bataille, dont le site de la bataille de Sekigahara en 1600. Au cours de cette bataille, TOKUGAWA Ieyasu et ses alliés – qui contrôlaient l’est du pays – ont vaincu leurs principaux rivaux, menés par le clan TOYOTOMI, qui contrôlait l’Ouest. Dernière bataille majeure de la période Sengoku, la victoire de TOKUGAWA à Sekigahara a effectivement marqué la fin du régime TOYOTOMI. Considérée comme l’un des affrontements militaires les plus décisifs de l’histoire du Japon, elle vit 160 000 samouraïs s’affronter le 21 octobre 1600 et devint l’inspiration de la première des deux œuvres exposées à l’aéroport. Sekigahara Sansui-zu-Byôbu (« Folding Screen of Painted Sekigahara Landscapes ») est une installation vidéo basée sur un paravent de la collection du musée d’Histoire d’Ôsaka, qui aurait été peint au début du XVIIe siècle.

L’auteur de cette œuvre, SHIGETA Yûsuke, est un vidéaste dont le style caractéristique est l’utilisation de l’animation pixélisée pour produire des histoires à partir de mouvements primitifs. Il a utilisé l’animation pour reconstituer la bataille telle qu’elle est représentée sur le paravent, en ajoutant des détails du paysage naturel qui existe encore sur l’ancien champ de bataille, comme l’herbe dorée de la pampa japonaise et le feuillage d’automne des montagnes, pour ajouter une perspective à la manière du poète MATSUO Bashô et faire passer son œuvre d’une représentation de la bataille à une illustration du paysage.

SHIGETA rend hommage aux samouraïs locaux en se concentrant sur la représentation de la foule des combattants.

Alors que la scène représentée sur le paravent original met en scène TOKUGAWA Ieyasu comme personnage principal, l’interprétation de SHIGETA est plus une histoire d’ensemble sans personnage principal. Les samouraïs, ou bushi, étaient les soldats traditionnels du Japon, luttant pour leurs seigneurs féodaux. À cet égard, ils ont eu un impact majeur sur l’histoire du Japon. SHIGETA leur rend hommage en se concentrant sur la représentation de la foule des combattants. Tout en restant fidèle au pixel art, l’artiste a créé la scène en utilisant l’infographie 3D afin de conserver les détails de chaque samouraï, bâtiment et élément naturel lorsqu’on les regarde de près. Il a également appliqué la simulation de foule au mouvement et à la forme de l’écrasement du samouraï, créant ainsi un portrait dynamique qui semble à la fois rétro et futuriste.

Musée commémoratif du champ de bataille de Sekigahara à Gifu

Si les samouraïs étaient le visage officiel de cette époque tumultueuse, les ninjas en étaient le côté secret et sombre. Ces mercenaires clandestins ont été actifs du Moyen Âge au début des temps modernes, et étaient principalement basés dans les villes d’Iga (préfecture de Mie) et de Kôka (préfecture de Shiga), toutes deux situées près de la région de Chûbu. Ils sont également le sujet et l’inspiration de l’autre œuvre exposée à l’aéroport international de Chûbu, Kehai no Hako (« Une boîte de signes »), réalisée par EUPHRATES, un groupe d’artistes qui crée des expériences visuelles innovantes basées sur leurs recherches sur l’expression, la forme et le mouvement.

Lorsqu’on pense aux ninjas, on se souvient généralement de certains éléments mythiques, tels que leur robe mystérieuse et leurs merveilleuses capacités. Cependant, en réalité, ils menaient surtout une vie tranquille. Ils vivaient en temps normal comme des fermiers et ne travaillaient comme ninja que pour l’espionnage lorsque c’était nécessaire. Les Shinobi, comme on les appelait aussi, rendaient compte principalement à leur seigneur, mais étaient également engagés par des personnages puissants dans d’autres régions pour des missions de collecte de renseignements. Les régions d’Iga et de Kôka, entourées de montagnes, auraient façonné leurs tactiques typiques qui comprenaient l’utilisation de pièges et autres gadgets. Aujourd’hui encore, ces régions présentent des traces de la vie que les ninjas menaient dans le passé, avec de nombreuses résidences encore debout.

Les préfectures de Mie et de Shiga abritent nombreux sites touristiques liés à l’histoire des ninjas.

Les ninjas ont démontré leur véritable valeur en utilisant des déguisements et, des techniques de conversation et de survie, et le travail d’EUPHRATES se concentre donc sur leur engagement dans des activités d’espionnage. Depuis un certain temps déjà, le duo créatif explore les moyens d’appliquer le mouvement biologique (une forme de science cognitive) à son travail. Ce sont cette même approche et cette même technique qui ont été utilisées pour réaliser A Box of Signs, installation qui combine des éléments de dissimulation et de dissimulation trouvés dans la vie des ninjas et leurs techniques de combat.

Le mouvement biologique est une approche expérimentale née dans le domaine de la psychologie perceptuelle, qui transmet la forme humaine par le mouvement de multiples points. Dans ce projet, EUPHRATES a placé plusieurs lumières LED dans une boîte recouverte de verre teinté dans le but de créer des situations à partir desquelles une existence humaine réaliste peut soudainement être perçue par le mouvement des LED. L’œuvre qui en résulte donne une idée des signes humains fugaces créés par les ninjas, qui apparaissent inopinément à partir de rien, avant de se fondre soudainement dans leur environnement et de redevenir invisibles.

Voir l’exposition « MOTION » en ligne :
https://culture-gate.jp/exhibition/motion

Sites touristiques